Archives de Tag: présidentielle

Election présidentielle : les propositions des candidats en matière d’enseignement professionnel et d’alternance

Par défaut

Les propositions du candidat Nicolas Sarkozy

– Pour « débloquer l’emploi des jeunes », la troisième année du bac professionnel serait systématiquement effectuée en apprentissage en alternance en entreprise, ce qui ferait 250.000 jeunes de plus en entreprise.

– Fin du collège unique : enseignement recentré autour du français et des maths en 6e/5e, puis possibilité à partir de la 4e d’une « initiation au monde professionnel ».

– Généralisation de l’alternance en Bac pro et CAP.

Les propositions du candidat François Hollande

– Je proposerai un contrat de génération pour permettre l’embauche par les entreprises, en contrat à durée indéterminée, de jeunes, accompagnés par un salarié plus expérimenté, qui sera ainsi maintenu dans l’emploi jusqu’à son départ à la retraite. Ce « tutorat » permettra de préserver des savoir-faire et d’intégrer durablement les jeunes dans la vie professionnelle.

– Je renforcerai et valoriserai les filières d’enseignement professionnel et technologique.

– Je veux lutter contre la précarité des jeunes. J’offrirai à tout jeune déscolarisé de 16 à 18 ans une solution de formation, d’apprentissage ou un service civique.

Les propositions du candidat François Bayrou

– La découverte des métiers pour l’enseignement professionnel : L’enseignement professionnel doit reposer non pas sur l’élimination mais sur la vocation par la découverte des métiers, par l’alternance ou l’apprentissage. Et donc information sur les métiers tout au long du collège, découverte des entreprises et des chantiers pour que les élèves découvrent ce que sont ces activités dont ils entendent parler, mais qu’ils n’ont jamais rencontrées. C’était déjà l’idée du stage en troisième que nous avons créé en 1995 et dont tous les élèves et beaucoup d’entreprises sont très heureux.

– Développer l’apprentissage et l’alternance : Il faut un plan de développement de l’apprentissage et de l’alternance. Il faut que nous élucidions cette question : qu’est-ce qui bloque pour les entreprises ? Qu’est-ce qui bloque du côté de l’éducation ? Qu’est-ce qui bloque dans la destination de la taxe d’apprentissage ? Toutes ces questions-là devront être traitées pour que soit élaboré ce plan de développement dont nous avons besoin de l’apprentissage et de l’alternance.

Les propositions de la candidate Marine Le Pen

Revalorisation des filières manuelles :

– Suppression progressive sur le quinquennat du collège unique qui a été un terrible échec.

– Les filières techniques et manuelles seront revalorisées;

– L’apprentissage à 14 ans sera rétabli;

Les propositions du candidat Nicolas Dupond-Aignan

– Le capital-formation : une seconde chance pour les jeunes sans diplôme. Les jeunes qui sortent sans formation du système scolaire ont des difficultés à se former s’ils veulent réorienter leur carrière. Je souhaite donc leur offrir une seconde chance grâce à la sécurité professionnelle Chaque jeune qui sortira tôt du système scolaire disposera d’un «capital-formation» qu’il pourrait utiliser tout au long de sa vie.

Les propositions du candidat Jean-Luc Mélenchon

– L’investissement de l’État dans l’enseignement professionnel sera augmenté de 50 % pour que les enseignements techniques, professionnels et généraux soient d’égale qualité.

Les propositions de la candidate Eva Joly

– Pour les écologistes, l’éducation doit être au centre de la vie sociale ; elle concerne l’école comme les familles, et plus largement la société toute entière, qu’il s’agisse des relations entre générations, des rôles stéréotypés dévolus aux filles et aux garçons, de l’attitude face aux médias, du lien avec l’entreprise et le monde associatif.

Les propositions de la candidate Nathalie Arthaud

– N’ayant pas acquis à l’école les bases de la langue, ni les com­por­te­ments sociaux, de plus en plus d’enfants se retrou­vent en échec sco­laire. Au bout du compte, ils per­dent le goût d’appren­dre, ils ne sup­por­tent plus le col­lège ou le lycée. Et le gou­ver­ne­ment cher­che tout sim­ple­ment à s’en débar­ras­ser quand il veut les orien­ter pré­co­ce­ment – dès la cin­quième – vers l’appren­tis­sage, au pré­texte qu’ils ne sont pas faits pour les études ! Ce qui revien­drait à les livrer à l’exploi­ta­tion sans même leur offrir le mini­mum de culture que peut appor­ter le lycée.

Publicités

6 propositions en faveur de l’apprentissage

Par défaut

Jean-Marie Dusseigneur, fondateurde France apprentissage (l’association France apprentissage agit pour la promotion et le développement des formations par l’apprentissage), vient d’adresser aux candidats à l’élection présidentielle 6 propositions en faveur de l’apprentissage.
« France apprentissage propose aux candidats à l’élection présidentielle 6 mesures structurelles pour faire bouger les lignes de l’apprentissage durant leur mandature et l’adapter aux nouvelles contraintes du XXIème siècle.

1) Réformer la taxe d’apprentissage.
2) Créer un crédit d’impôt apprentissage.
3) Supprimer la surtaxe et le système des quotas versés par les entreprises.
4) Repousser l’âge limite de 25 à 28 ans, pour suivre des formations diplômantes par l’apprentissage.
5) Donner la possibilité pour certains apprentis d’avoir plusieurs maîtres d’apprentissage.
6) Subventionner le salaires des jeunes décrocheurs devenant apprentis dans les TPE (-20 salariés).

http://www.franceapprentissage.fr

Une autre vision de l’école

Par défaut

 » Ce n’est pas une réformette qu’il nous faut mais une autre vision de l’école » Sylvain Grandserre, enseignant.

Emmanuelle Daviet et Sylvain Grandserre publient  » Qui va sauver l’école ? 10 questions pour 14 candidats« , ESF éditeur, Paris 2012 (à paraître début mars).

 

Analyse des propositions des candidats sur l’apprentissage

Par défaut

L’institut Montaigne et Les Echos, sur le site « Chiffrages/Déchiffrages 2012 », analysent les propositions des candidats.
Sur le lien suivant, vous trouverez une analyse sur la proposition de Nicolas Sarkozy de « Développer l’apprentissage« .

François Hollande plaide pour développer l’enseignement professionnel

Par défaut

Extrait d’un article pubié le 6 janvier dans Ouest-France

« Nos entreprises ont beaucoup de mal à trouver des usineurs qualifiés. Nous devons continuer à en former. » Dans un atelier d’Itibanor, le centre de formation des apprentis de l’industrie à Caen, Karim Slama, directeur de la formation professionnelle, expose à François Hollande les difficultés de recrutement de la filière. Devant les machines-outils, le candidat interroge les jeunes en formation. Antoine Hochet, de Cherbourg, en BTS, fait une démonstration de sa machine découpe plasma.
Dans le Calvados, François Hollande est venu, hier, lancer un appel « pour que plus de jeunes s’engagent dans les filières professionnelles ». Un appel qui répond à deux objectifs du candidat PS : « Tous les jeunes Français doivent sortir du système avec une formation. Chaque année, 150 000 jeunes se retrouvent sans qualification. Il faut également redresser le niveau de la production du pays. Impossible à faire sans des jeunes toujours mieux qualifiés. » Devant un amphi rempli d’apprentis, le candidat s’est fait lyrique : « Vous avez choisi une belle filière ; vous servez des métiers importants pour vous et pour le pays. »

L’alternance et la campagne des présidentielles

Par défaut

Les médias ont commencé à parler longuement des présidentielles du printemps prochain.

Durant cette campagne, quel candidat s’exprimera sur la formation professionnelle et la formation par alternance en particulier ?

Pour alimenter le débat et la réflexion des candidats, nous essayerons régulièrement de poser des questions sur ces sujets qui intéressent tout de même environ 1 700 lycées professionnels et 1 500 CFA, ce qui n’est pas rien !

Prendre des jeunes en alternance

Par défaut

Extrait de l’interview de Ségolène Royal, Présidente de la région Poitou-Charentes, aux Echos le 26 août 2011
« Ma vision de l’économie ne me porte pas à donner la priorité aux emplois aidés. Je préfère aider les entreprises à se développer avec des allégements de charges et des avantages au niveau du crédit bancaire. Avec la mise en place, en contrepartie, d’un « pacte confiance pour l’emploi des jeunes » à dimension nationale qui contraigne les entreprises à prendre des jeunes en alternance. Ce sera ma priorité. »