Archives de Tag: maître d’apprentissage

Zoom sur le rôle du maître d’apprentissage (schéma du ministère du Travail)

Par défaut

apprentissage

 

 

Publicités

Alternance dans la restauration: « un permis de former » pour les tuteurs

Par défaut

Article AFP publié le 15 avril 2013 sur le site http://lentreprise.lexpress.fr/

Les professionnels de l’hôtellerie-restauration ont donné lundi le coup d’envoi du « permis de former », un dispositif de formation obligatoire pour les tuteurs et maîtres d’apprentissage dans ce secteur qui peine à fidéliser les jeunes, lors de leurs assises de l’alternance.
 
Ils seront reçus en fin de journée par le président de la République François Hollande, afin, notamment, de lui présenter ce « permis de former » entériné en janvier par les partenaires sociaux, via un avenant à la convention collective des hôtels-cafés-restaurants. Objectif : « renforcer la qualité de l’accueil et de l’accompagnement dans l’alternance ».

Outre 14 heures de formation obligatoire, les tuteurs et maîtres d’apprentissage « n’ayant pas encadré d’alternants depuis 5 ans » auront l’obligation de se rendre au moins une fois par an dans les centres de formation pour apprentis (CFA) pour rencontrer les enseignants…

Pour lire l’article…

Un nouveau dispositif d’accompagnement des apprentis ?

Par défaut

Lu dans une dépêche de l’AEF du 31 octobre : La commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale a adopté mercredi 31 octobre 2012, un amendement au projet de loi de finances pour 2013 destiné à « mettre en place des dispositifs d’accompagnement renforcé des apprentis et de leurs maîtres d’apprentissage ».

Une journée consacrée aux maitres d’apprentissage et aux tuteurs

Par défaut

Lu sur le site du ministère de l’Emploi.

Nadine Morano, ministre de l’Apprentissage et de la Formation professionnelle a réuni le 29 novembre les forces vives de la formation par alternance pour mettre à l’honneur les Maitres d’apprentissage et les tuteurs. Cette journée s’est organisée autour de deux tables rondes réunissant des témoins « apprentis-maîtres d’apprentissage » et « tuteurs-tutorés » pour aborder les bonnes pratiques qui existent sur ces missions essentielles de tutorat.

Je suis en train de chercher la Charte des bonnes pratiques qui a été signée à cette occasion et je la pulierai sur ce site dès que possible…

Le rôle des maîtres de stage, d’apprentissage ou des tuteurs dans une formation alternée

Par défaut

J’entends tout et n’importe quoi quant au rôle des « tuteurs » (le mot ne me convient pas car il renvoie aux techniques horticoles et à ces bambous qui sont là pour que les végétaux poussent bien correctement).
Un tuteur n’est pas un sous-enseignant, ni un formateur comme celui qui existe dans le centre de formation. C’est une autre personne, qui est avant tout un salarié ou un chef d’entreprise (« tuteur » n’est pas un statut en soi : chaque ouvrier, chaque paysan, chaque artisan, chaque employé, chaque ingénieur sont des tuteurs en puissance). Cette personne accepte un alternant à ses côtés pour lui transmettre des savoirs, des savoir-faire, des savoir-être et accepte surtout le dialogue avec un jeune. Cet éducateur va encore permettre à un jeune d’utiliser une situation de travail pour accroître ses compétences, pour l’aider à s’insérer dans la vie d’adulte en développant sa personnalité.
La transmission du « tuteur » vers l’alternant n’est pas seulement académique, ni formelle, ni liée aux objectifs du stage ou du plan de formation. La transmission va bien au-delà. C’est dans une parole, un geste, un regard que vont se concrétiser la motivation de l’alternant et sa propre construction. L’apprentissage d’un savoir-faire ne peut pas être l’unique objectif du séjour en entreprise. Tout ne peut pas être enseigné !
Dans la formation classique ou par alternance, on pense, très souvent (mais pas toujours)  à organiser les opérations cognitives, les connaissances, les savoirs techniques, les outils nécessaires pour exercer une activité. Quelques fois, on donne aussi des repères économiques et institutionnels. Par contre, on donne très peu des repères éthiques (ce qui est autorisé, ce qui est interdit) et encore moins de repères relationnels. Ces niveaux sont pourtant fondamentaux.
Certes, il est important que le maître de stage, le maître d’apprentissage, le tuteur est une idée du référentiel de formation et du référentiel d’évaluation. Ca fait partie de la démarche classique qui associe l’entreprise à la formation. Mais il existe aussi une autre démarche : celle de considérer le travail réalisé avec un alternant comme un moyen de réflexion sur sa propre pratique de salarié ou de patron, de considérer la présence d’un alternant comme une source d’innovation pour l’entreprise.
Etre « tuteur », c’est aménager certes l’espace pour faire de la place à celui qui arrive, c’est aménager certes les activités pour que l’alternant puisse les intégrer, c’est surtout aménager sa tête. La où on était seul, bien souvent, on devient deux !

Nouvelles conditions pour être maître d’apprentissage

Par défaut

Décret n°2011-1358 du 25 octobre 2011 relatif à l’expérience professionnelle des maîtres d’apprentissage (Article R. 6223-24 du Code du travail)

Désormais, les maîtres d’apprentissage doivent justifier… Lire la suite

Il faut que l’on forme nos jeunes, qu’on accorde du temps à ces gamins

Par défaut

Lu dans Le Parisien du 13 septembre 2011

L’apprentissage, Roger Maguet, ancien garagiste à Gagny en retraite depuis un an, en connaît un rayon. Après avoir été lui-même apprenti il y a quarante-huit ans, l’ancien patron raconte avoir accueilli au fil de sa carrière une cinquantaine de jeunes en contrat d’alternance dont tous sont repartis avec un diplôme en poche. Par « goût de la transmission », explique ce médaillé de la chambre de métiers, également trésorier d’une branche du syndicat patronal de la réparation automobile (CNPA).

« Moi, ça m’est venu naturellement, souligne l’homme à la stature massive. Il faut que l’on forme nos jeunes, qu’on accorde du temps à ces gamins… »