Archives de Tag: insertion

En février 2013, 65 % des jeunes ont un emploi sept mois après la fin de leur apprentissage

Par défaut

Note d’information de la DEPP, n° 04 – mars 2014

Sept mois après leur sortie de formation en centre de formation d’apprentis (CFA), 65 % des apprentis ont un emploi. Le diplôme demeure toujours déterminant dans l’insertion des jeunes : plus des trois quarts des diplômés d’un BTS travaillent contre un tiers des sortants sans aucun diplôme.
La situation économique générale se ressent sur l’emploi des jeunes : le taux d’emploi des apprentis baisse de nouveau en 2013 (– 4 points par rapport à 2012), après une petite amélioration en 2011 et 2012.
Lorsqu’ils travaillent, une grande majorité des jeunes ont un emploi à durée indéterminée (EDI, 59 %) ou à durée déterminée (EDD, 26 %), et plus rarement un emploi aidé (8 %) ou exercé dans le cadre d’un contrat d’intérim (7 %).
Parmi les sortants d’une formation en apprentissage, le taux d’emploi après une formation dans le secteur des services (67 %) est globalement supérieur à celui après une formation dans le secteur de la production (64 %). C’était l’inverse avant la crise où les taux d’emploi s’établissaient respectivement à 74 % et 77 % en 2008.
Le taux d’emploi varie substantiellement d’une académie à l’autre, en lien avec le contexte économique local et les différences de niveau de formation des sortants.

Pour accéder à la note de la DEPP…

Publicités

Moins de jeunes au chômage pour les pays qui disposent de dispositifs de formation par alternance

Par défaut

Extraits page 27, rapport de la Cour des comptes « Marché du travail : face à un chômage élevé, mieux cibler les politiques » publié le 22 janvier 2013.

« On constate cependant que le prix payé par les jeunes en période  de difficultés économiques n’est pas identique selon les pays. La plus ou  moins grande augmentation du chômage des jeunes lors des épisodes de  récession éclaire l’efficacité, variable d’un pays à l’autre, des mécanismes  d’insertion sur le marché du travail. Les pays qui disposent d’institutions  permettant une bonne transition entre la période de formation et l’emploi  (notamment grâce à des dispositifs de formation en alternance) affichent  des résultats supérieurs aux autres. »

« Il faut faire découvrir l’entreprise et les métiers dès la sixième », entretien de Vincent Peillon aux Echos

Par défaut

Entretien de Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, aux Echos du 02/10/2012

« L’éducation nationale doit assumer pleinement son rôle qui n’est pas seulement de former des citoyens mais aussi de préparer les jeunes à un emploi. Les deux sont liés. Or, en orientant mal, nous poussons les jeunes dans des difficultés qui produisent échecs et exclusions, nous fabriquons des décrocheurs.

Nous avons des réponses à apporter, avec les chefs d’entreprise et les régions, à l’orientation de nos élèves. Le service public territorialisé de l’orientation est l’un des éléments les plus importants de la refondation de l’école. Quand on oriente quelqu’un en comptabilité parce qu’il y a de la place dans cette filière, alors que son souhait est de devenir électro-mécanicien, l’orientation produit de l’échec.

Pour réussir l’orientation, il faut non seulement que l’éducation nationale assume sa part de responsabilité, mais aussi que les entreprises se mobilisent davantage. Le stage de troisième est insuffisant. Il faut créer des véritables parcours d’information et d’orientation, pour faire découvrir l’entreprise et les métiers dès la sixième et cela jusqu’à l’université. »

Pour lire l’article en entier…

L’alternance pour favoriser l’insertion professionnelle des jeunes

Par défaut

Entretien publié sur le site www.cesi.fr

Le taux de chômage chez les jeunes amène de plus en plus d’étudiants à se pencher sur les atouts des formations en alternance, moyen efficace d’avoir un accès direct au monde du travail par une formation à vocation professionnelle. L’occasion pour Sylvie Pelle, Responsable Marketing au CESI (organisme de formation professionnelle et continue depuis 50 ans) de faire un tour d’horizon sur les différents contrats offerts aux étudiants dans le cadre de l’alternance.

Por lire l’entretien…

Privilégier l’alternance pour favoriser l’insertion professionnelle des jeunes

Par défaut

Écrit par  Entreprise et Personnel et Institut Montaigne le lundi 27 août 2012 et publié sur www.economiematin.fr
L’analyse des pratiques de pays comme l’Allemagne le montre : l’alternance est un véritable passeport pour l’emploi des jeunes.

L’alternance a pendant longtemps été considérée comme une filière d’échec en France, alors même qu’elle permet aux jeunes d’apprendre un métier, de développer des compétences et  d’affiner leur projet professionnel. Elle fait le lien entre école et monde du travail et doit être envisagée comme une voie d’excellence tournée vers l’acquisition de compétences opérationnelles. L’alternance est un mode de formation alternatif, il ne s’agit pas d’une pré-embauche mais d’un véritable « passeport vers l’emploi » qui permet aux jeunes d’obtenir une qualification reconnue et valorisable, en leur apprenant à interagir dans un univers collectif, en développant leurs savoir-être et savoir-faire. Les familles et les acteurs du système éducatif gagneraient à être sensibilisés à cette autre forme d’enseignement qu’est l’apprentissage. L’exemple allemand nous montre que l’alternance est l’une des pistes les plus fécondes pour favoriser l’accès à l’emploi des jeunes sortis tôt du système scolaire, à qui elle apporte un métier et des compétences, un savoir-être et un savoir-faire nécessaires à la vie professionnelle. Les chiffres en témoignent : en France, l’alternance permet dans huit cas sur dix d’obtenir au final un emploi pérenne et l’apprentissage augmente en moyenne de sept points les chances d’être en emploi…

Pour lire la suite de l’article

Insertion professionnelle des jeunes : une vraie réussite des MFR

Par défaut

Chaque année, le réseau des MFR de Vendée organise une enquête systématique de tous les formés pour connaître leur situation professionnelle, 6 mois, 3 ans et 6 ans après leur sortie de formation. Les résultats 2012 portant sur 1958 réponses (872 jeunes sortis en juin 2011, 615 jeunes sortis en juin 2008 et 471 jeunes sortis en juin 2005) montrent que :

  • 90,5% des jeunes sont en activité : 29,1% en formation et 61,4% en emploi.
  • Sur ceux qui sont en emploi : 67% sont en CDI, 78,5% à temps plein et 82,8% exercent un métier en lien avec leur formation.
  • 8,4% sont demandeurs d’emploi.

(Remarque : le taux de chômage des jeunes de 15-24 ans en France a atteint 24,2% au troisième trimestre 2010, 23,3% au deuxième trimestre. Source : INSEE)

De très bons résultats d’insertion dans les MFR de Bretagne

Par défaut

La fédération régionale des Maisons familiales rurales (MFR) de Bretagne vient de publier une enquête finalisée en juin 2010 sur les  jeunes sortis des MFR, après une formation par alternance, en juin 2006 (4 ans après). 971 réponses ont été obtenues sur 1497 jeunes enquêtés. Les résultats sont les suivants :

– 767 jeunes sur 971 ont un emploi : 79 %
–  97 jeunes sur 971 sont encore en formation : 10 %
– 107 sur 971 sont sans emploi (inactif) ou en recherche d’emploi : 11 %