Archives de Tag: définition

Définition de l’alternance (traduction en Chinois) 学习和工作交替同时进行

Par défaut

学习和工作交替同时进行— 理论和实践相结—-基于在企业实习和在学校培训相结合的方式,以寻求相对立的两个观念的平衡为目标(工作和学习,中断和继续,体力劳动和脑力劳动),调动各种活跃的社会力量以实现个体接受全方位教育,逐步改进其生活状况。

Publicités

التناوب (Arabe)

Par défaut

بيداغوجيا التناوب  منظومة تربوية تعتمد الاقامة في المقاولة وفي المدرسة ، بهدف اقامة توازن بين مقولات  دائريا  متعارضة( عمل يدوي / عمل فكري ، انقطاع /  استمرارية ،        انتاج /تكوين
وتعبئة القوى الحية للمجتمع من اجل تربية شمولية للفرد وتطور ايجابي لمحيط حياته

Patrick Guès (traduction Miloudi El Ktaïbi)

يداغوجيا التناوب  منظومة تربوية تتجاوز التقوقع داخل جدران القسم لانها تنطلق من الواقع السوسيومهني وتسعى لاقامة توازن ديناميكي بين المقاولة وحاجياتها من جهة والمدزسة من جهة ثانية
مما يمكنها عبر المنهجية الموضوعاتية وباقي اليات التناوب من جعل ذلك التوازن اداة لفك ما يبدو مقولات متعارضة مثل ( عمل يدوي / عمل فكري ، انقطاع /  استمرارية   – انتاج /تكوين
وتعبئة القوى الحية للمجتمع من اجل تربية شمولية للفرد وتطور ايجابي لمحيط حياته

Alternação (português)

Par défaut

Alternação – Pedagogia : Sistema de formação baseado sobre moradas em empresa e moradas na escola que procura um subtil equilíbrio entre noções diametralmente opostas (produção/formação, ruptura/continuidade, trabalho manual/trabalho intelectual) e a mobilizar as forças vivas da sociedade para a educação global dum indivíduo e a evolução positiva do seu meio de vida.

Patrick Guès (traduction Benjamin Duriez)

Alternancia (español)

Par défaut

Alternancia  – PEDAGOGIA –  Sistema de formacion basado sobre va y viene entre estadias de los jovenes en las empresas y estadia en la escuela. Este sistema enfoca un sutil equilibrio entre nociones diametralmente opuestas  (produccion/capacitacion ;  tiempo cortado/continuidad ; trabajo manual/ trabajo intelectual ) y poner en marcha las fuerzas vivas de la sociedad con mira a una educacion global del individuo y de la evolucion positiva del medio de vida.

Patrick Guès (traduction Philippe Marchesi)

Alternance

Par défaut

Définition :
l’alternance est un terme générique recouvrant toutes les formations dont le temps est partagé entre un enseignement théorique en centre de formation et une formation pratique proposée en entreprise.
Par restriction, ce qui entraîne parfois une confusion, le terme alternance désigne souvent les seuls contrats en alternance (et hors apprentissage) qui suivent la fin des études classiques, en vue d’acquérir les qualifications
professionnelles nécessaires à une insertion professionnelle rapide.
Commentaires :
La forme actuelle de ces contrats est le contrat de professionnalisation, qui a remplacé en 2003 les contrats de qualification, d’adaptation et d’orientation. Les formules qui permettent d’alterner périodes en entreprise et séquences de formation en centres de formation sont nombreuses. Elles peuvent recouvrir des réalités variées : alternance sous contrat de travail, sous convention de stage de longue durée, sous statut scolaire, sous statut étudiant, sans compter les systèmes de formation propres aux fonctionnaires. Elles répondent à des objectifs différents et ne doivent pas être confondues ni choisies à la légère. Il serait en particulier regrettable de confondre l’apprentissage, formation initiale diplômante, comparable aux formations sous statut scolaire, avec les contrats de travail professionnalisants post-formation initiale qui ont leur utilité propre.
Extraits du Dictionnaire raisonné de l’apprentissage publié en 2011 par les CCI

Un dictionnaire raisonné de l’apprentissage

Par défaut

L’Assemblée des Chambres Françaises de Commerce et d’Industrie vient d’éditer le « Dictionnaire raisonné de l’apprentissage » (présentation le 17 février dernier).

Un document très bien fait qui détaille ce dispositif de formation par alternance : Quels sont les acteurs, les données et le fonctionnement de l’apprentissage ? 

60 définitions et près de 100 mots clés permettent de répondre à toutes les questions les plus fréquemment posées. Une version papier ainsi qu’une version électronique du document sont déjà disponibles sur le site de l’ACFCI.

Pour télécharger ce dictionnaire, cliquer sur ce lien.

Le mot « alternance »

Par défaut

 Le Centre national de ressources textuelles et lexicales (www.cnrt.fr) nous donne la définition suivante :

ALTERNANCE, substantif féminin. Action d’alterner ; état de ce qui est alterné.

A. Langage courant.

1. [Dans le temps] Alternance des jours et des nuits, des saisons… : Le jour où elle était abandonnée par son amant, c’était une tempête pour tous les plats ; elle fourgonnait avec une telle vigueur dans le poêle que tout l’édifice tremblait. Ces alternances de bonne humeur et de furie désolaient son père. Quant à la mère, elle vivait indifférente… .-K. HUYSMANS, Les Sœurs Vatard, 1879, pp. 61-62.

2. [Dans l’espace] : Sur sa poitrine [de la momie] descendaient deux autres colliers, dont les perles et les rosettes en or, lapis-lazuli et cornaline, formaient des alternances symétriques du goût le plus exquis. T. GAUTIER, Le Roman de la momie, 1858, p. 188.

B. Emplois techniques.

1. AGRICOLES, FORESTIERS. Succession régulière d’une plante ou d’une essence forestière à une autre sur un même sol.

2. BIOLOGIE. Alternance des générations. Cycle de reproduction comprenant une reproduction sexuée et une reproduction asexuée alternant régulièrement (fougères, mousses, algues, pucerons). Synonyme : hétérogonie.

3. ÉLECTRICITÉ. Moitié de la période d’un phénomène sinusoïdal [alternatif]. Pendant une alternance deux électrodes soumises à une tension sinusoïdale conservent une polarité déterminée (LAITIER 1969). Cf. courant alternatif.

Alternance d’éclairage. Allumage et extinction successifs de telle ou telle partie, ou de la totalité de l’éclairage d’un motif lumineux publicitaire (CHAM. 1969).

4. GÉOLOGIE. Disposition qu’on observe dans les dépôts stratifiés, lorsque les différentes roches qui les composent forment des couches se succédant plusieurs fois entre elles sur une certaine épaisseur.

5. HORLOGERIE (chronométrie). Temps qui s’écoule entre deux passages consécutifs d’un balancier par ses positions extrêmes. La période d’oscillation d’un balancier comprend deux alternances successives, c’est-à-dire le mouvement aller et retour du balancier (GUYOT 1953).

6. LINGUISTIQUE. Variation subie par un phonème ou groupe de phonèmes dans un système morphologique donné (MAR. Lex. 1961). On distingue :

L’alternance consonantique ou vocalique, suivant qu’elle porte sur les consonnes ou les voyelles.

L’alternance thématique. Celle qui aboutit à la constitution de thèmes différents dans l’intérieur d’un même paradigme, en particulier de formes faibles et de formes fortes soit dans la conjugaison, soit dans la déclinaison.

7. MÉDECINE. Alternance du cœur. Succession régulière, observée sur l’électrocardiogramme, de complexes ventriculaires d’amplitudes différentes. Cf. pouls alternant.

Alternance morbide. Alternance observée entre deux ou plusieurs affections différentes (surtout entre dermatoses et affections viscérales).

8. VERSIFICATION. Alternance des rimes. Retour régulier des rimes masculines et féminines.

La définition est très complète mais ne fait en rien référence à la formation ou à l’enseignement. Pour être encore tout à fait exhaustif sur le sujet, il faudrait également rajouter ce dont parlent certains dictionnaires : POLITIQUE. Succession démocratique de partis politiques différents à la tête d’un État : Nous avons eu une alternance de gouvernements de gauche et de droite (succession). Les électeurs ont choisi l’alternance (= le changement).

Le mot alternance est donc relativement récent puisqu’il aurait été utilisé seulement au début du XIXe siècle dans le vocabulaire technique (en horlogerie, géologie, botanique, musique…) et dériverait du verbe alterner, lui-même emprunté au latin alternatio ou alternare, auquel fut rajouté le suffixe ance.

Consultons ensuite Le Nouveau Petit Robert de la langue française, 2007 : ALTERNANCE, n.f. – 1830 ; de alternant – 1. Succession répétée, dans l’espace ou dans le temps, qui fait réapparaître tour à tour, dans un ordre régulier, les éléments d’une série (…) – formation en alternance, faisant alterner les sessions d’étude et des phases d’activité professionnelle en entreprise. Contrat (de travail, d’apprentissage) en alternance.

La notion de formation apparaît enfin !

Dans le secteur de l’éducation, l’utilisation du mot alternance remonterait à moins de quarante ans, et aurait été adoptée pour la première fois dans les documents préparatoires et les actes du colloque national de Rennes en 1973 : l’enseignement supérieur en alternance .

Ce n’est pas tout à fait exact. En 1970, André Duffaure, directeur de l’Union nationale des Maisons familiales rurales, fait une communication à l’Académie d’agriculture où il utilise le vocable. En effet, depuis longtemps, les Maisons familiales rurales pratiquent et parlent d’alternance de séjours dans l’entreprise et à l’école, dès les premiers statuts en 1937, mais pas encore dans le sens pédagogique, seulement dans le sens d’une succession temporelle et spatiale. Edgar Faure, ministre de l’Agriculture, s’adresse à elles en ces termes en avril 1968 : votre méthode de l’alternance est tellement intéressante… En 1966, André Duffaure publie un article dans Éducation et Développement où il cite le mot : (…) l’usage intensif de l’alternance, puis il remet ça en mai 1968 : une pédagogie de l’alternance.

En fait, la première utilisation du mot – dans le sens éducatif – que nous avons pu retrouver, remonte à Roger Cousinet, qui dans la préface du livre fondateur de la pédagogie des Maisons familiales rurales : Une méthode active d’apprentissage agricole, les cahiers de l’exploitation familiale, publié en 1955, explique, je cite : à l’école « classique », l’élève est écartelé entre trois univers : l’école, sa vie familiale, sa vie sociale. Avec l’alternance ces trois mondes ne font plus qu’un. L’unité pédagogique est reconstituée.

L’emploi du terme alternance en éducation est donc bien antérieur au colloque de Rennes et les Maisons familiales rurales en sont sans doute à l’origine ou tout au moins à sa généralisation.

Patrick Guès, novembre 2009