Archives de Tag: Bac pro

81,9 % de réussite au Bac pro, 190 200 jeunes concernés

Par défaut

Résultats de la session de juin du baccalauréat 2014 : le pourcentage de bacheliers dans une génération s’approche des 80%
Communiqué de presse – Benoît Hamon – 10/07/2014

Le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Benoît Hamon, tient à féliciter les élèves et leurs enseignants pour les très bons résultats de l’ensemble des voies du lycée. Avec 87,9% d’admis, le taux de réussite global à cette session de juin progresse de 1,1 point par rapport à 2013 et atteint un niveau inégalé.
Cette session permet à 624 700 candidats de devenir bacheliers.

À la session de juin 2014, 710 600 candidats étaient présents aux épreuves du baccalauréat, 47% dans les séries générales, 20% dans les séries technologiques, 33% dans la voie professionnelle. Ces candidats sont nettement plus nombreux qu’en 2013 (+32 600). Ceux du nouveau baccalauréat professionnel « accompagnement, soins et services à la personne » expliquent en grande partie cette augmentation.

Le taux de réussite dans les séries générales s’élève à 90,9%.(…)

Le taux de réussite dans les séries technologiques s’établit à 90,6%, avec une forte progression de 4,2 points. (…)

Le taux de réussite du baccalauréat professionnel s’établit à 81,9%, en hausse significative par rapport à 2013 (+3,4 points). Le nombre de candidats augmente de 15%. Le baccalauréat 2014 a permis de qualifier professionnellement plus de 190 200 jeunes, soit 31 800 de plus qu’en 2013.

Le pourcentage de bacheliers dans une génération s’élève en juin 2014 à 77,3%. Ce taux n’avait jamais été atteint.

Publicités

La réforme de la voie professionnelle a permis de doubler le nombre de candidats au baccalauréat

Par défaut

Extraits de la note d’information de la DEPP n° 06, mars 2014

À la session 2013, la quasi-totalité des candidats scolaires au baccalauréat professionnel sous tutelle du ministère de l’éducation nationale a suivi
un cursus en trois ans. Après le pic de 2012, leur effectif est proche de celui de 2011. D’après les prévisions d’effectifs d’élèves, le nombre de candidats scolaires au baccalauréat professionnel devrait à nouveau augmenter à la session 2014, sans atteindre le niveau de 2012. Il devrait se stabiliser aux sessions suivantes autour de 170 000 contre 90 000 en 2010.
À la session 2013, le taux de réussite au baccalauréat professionnel atteint 78,9 %, soit 0,5 point de plus qu’en 2012.

L’Education nationale envisagerait de réduire la durée de formation en entreprise en bac pro : décidemment, l’alternance avance dans ce pays !

Par défaut

Selon une dépêche de l’AEF (www.aef.info) du vendredi 13 décembre 2013, le ministère de l’Éducation nationale souligne que « La complexification et les rigidités apparues dans [les] modalités de réalisation » du CCF et des périodes de formation en milieu professionnel « ont conduit à de réelles difficultés d’organisation pour les équipes pédagogiques ».
Le ministère identifie « quatre types de problèmes » :

– le premier est lié « au potentiel de lieux d’accueil » car « certains secteurs professionnels ne disposent pas d’un vivier suffisant d’entreprises » (restructurations économiques, manque de tuteurs, externalisation hors du territoire de certaines fonctions, dangerosité de certaines conditions de travail…). En outre, « on ne peut ignorer les discriminations opérées par certaines entreprises à l’égard de jeunes dont les origines sont considérées avec une grande méfiance ».

– le second problème est lié à l’organisation des formations notamment en raison de la durée « standardisée » à 22 semaines alors qu’elle variait avant selon les spécialités entre 16 et 20 semaines.

– le troisième problème est lié aux publics concernés. Il s’agit d’élèves peu mobiles qui « le plus souvent disposent de moyens matériels et financiers modestes » et « ces éléments influent sur les choix qu’ils opèrent ». D’autre part, ces élèves sont de plus en plus jeunes en raison de la baisse du redoublement et l’accès direct au bac pro sans le passage en BEP. « Ce public est donc jugé comme étant moins mûr et moins préparé à exercer des activités professionnelles en entreprise. »

– le quatrième problème est lié aux pratiques des équipes pédagogiques qui assurent « trop peu » l’accompagnement des élèves dans la recherche de leur formation.

Le ministère formulerait trois pistes d’amélioration. Pour les spécialités en cours de rénovation, il propose de moduler la durée des PFMP en fonction du secteur professionnel concerné entre 12 à 26 semaines. Il propose de permettre l’utilisation de 4 semaines de PFMP pour préparer l’accès à l’enseignement supérieur en particulier l’intégration dans les STS et de renforcer la qualité des PFMP en impliquant davantage les milieux professionnels.

15ème proposition des assises de l’enseignement supérieur : encourager des expérimentations de formations spécialement dédiées aux bac pro

Par défaut

Rapport au Président de la République, 17 décembre 2012, « Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche »

Extraits : D’autres solutions sont possibles pour certaines filières de baccalauréats professionnels, par exemple des parcours adaptés, qui prennent en compte leurs acquis en particulier professionnels, et qui construisent des cursus en fonction de leurs compétences, et même mettent en valeur ces compétences, par exemple en développant des formules d’enseignement par apprentissage. Dans ce domaine, il ne faudra pas hésiter à mener des expérimentations, telles que celle mise en place par l’école Vaucanson.

15ème proposition : Encourager des expérimentations de formations spécialement dédiées aux baccalauréats professionnels.

Les bac pro iront en priorité en technicien supérieur

Par défaut

Interviews de Geneviève Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur, par Marie-Christine Corbier dans Les Echos du 14 décembre 2012
Le rapport des assises de l’enseignement supérieur et de la recherche sera remis lundi à François Hollande. Que retiendra la loi du rapport des assises ?

Qu’il faut d’abord mieux orienter. Et notamment que les bacs pro iront en priorité en STS (section de technicien supérieur) pour préparer un BTS et les bacs techno à l’IUT pour décrocher un DUT. La loi affirmera ce principe. En revanche, l’idée d’instituer ou non des quotas sur ces filières n’est pas tranchée. On évitera ainsi d’envoyer à l’échec des bacs pro et techno, qui ont entre trois et six fois plus de risques d’échouer à l’université que des bacs généralistes. Rien ne sert de dire qu’il faut maintenir des emplois industriels si on ne revalorise pas les sections professionnelles et technologiques.

Pour lire l’article…

Les bacheliers issus de la réforme de la voie professionnelle sont majoritaires en 2012

Par défaut

Extraits note d’information 12.12 de la DEPP

Les bacheliers issus de la réforme de la voie professionnelle sont majoritaires en 2012. La session de juin 2012 compte 241 100 candidats et 188 400 bacheliers professionnels, soit 56 900 candidats supplémentaires et 34 200 admis de plus qu’en 2011. Les candidats ayant préparé le baccalauréat professionnel en trois ans sont désormais majoritaires mais il reste encore environ un tiers de candidats ayant suivi le cursus en quatre ans. La fin de ce cursus entraînera mécaniquement une diminution assez forte du nombre de candidats de la voie professionnelle à la session 2013. À la session 2012, les bacheliers professionnels représentent 31,1 % des bacheliers, soit 3,8 points de plus qu’en 2011. Cependant, après une hausse spectaculaire du taux de réussite du baccalauréat professionnel en 2009 due à la mise en place pour la première fois d’un second groupe d’épreuves, ce taux baisse en 2012 pour la troisième année consécutive pour s’établir à 78,2 %, soit – 5,6 points par rapport à 2011. Il revient quasiment au niveau obtenu avant la mise en place du second groupe d’épreuves. La baisse concerne tous les secteurs de la voie professionnelle (production et services). Les formations relevant du ministère de l’éducation nationale sont un peu moins touchées (- 5,7 points avec un taux de réussite à 77,5 %) que celles relevant du ministère en charge de l’agriculture (- 6,7 points avec un taux de réussite à 83,1 %). La proportion de bacheliers professionnels dans une génération est très impactée par la réforme de la voie professionnelle : elle est de 23,7 % en 2012 contre 18,9 % en 2011 et 14,2 % en 2010, soit une augmentation de presque 10 points en deux ans.

Pour lire la note…

Les bacheliers professionnels dans l’enseignement supérieur

Par défaut

Note d’information du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche n°12.04 de juin 2012.

La réforme de la voie professionnelle augmente considérablement les effectifs de bacheliers professionnels. Bien que ce baccalauréat ait d’abord vocation à préparer les jeunes à une insertion professionnelle immédiate, leur nombre dans l’enseignement supérieur progresse également, aussi bien sous statut scolaire que par alternance. 42 % des lauréats poursuivent leurs études à l’issue du baccalauréat. Ils s’inscrivent très majoritairement en sections de techniciens supérieurs, où ils obtiennent des résultats mitigés : près de la moitié d’entre eux obtiennent leur diplôme. Lorsqu’ils rejoignent les formations générales à l’Université, ils sont très peu nombreux à y obtenir leur licence. Un quart d’entre eux ont arrêté leurs études un an après leur inscription en première année de licence.

Pour lire la note…