Archives de Tag: ARF

Réforme de la formation professionnelle : les Régions satisfaites de voir leurs compétences pleinement reconnues

Par défaut

Communiqué de l’Association des Régions de France (ARF) :

Le projet de loi sur la formation professionnelle adopté le 22 janvier 2014 en Conseil des ministres consacre l’échelon régional comme l’échelon pertinent pour l’élaboration d’un service public régional de l’orientation et de la formation professionnelle tout au long de la vie.

Cette disposition complète la responsabilité dans l’établissement des cartes des formations, confiée à la Région par la loi de refondation de l’école. Couplées aux responsabilités des Régions en matière de développement économique et d’innovation, ces avancées permettront d’améliorer le service rendu aux usagers par une meilleure prise en compte des besoins des entreprises et des territoires. (…)

En matière d’apprentissage, les Régions actent la volonté du gouvernement de mettre plus de transparence dans le système, en réduisant le nombre d’OCTA et en obligeant les collecteurs à rendre publiques leurs propositions d’affectation des fonds libres. Elles souhaitent aller plus loin avec un avis conforme de la région sur ces propositions d’affectation afin de permettre un rééquilibrage en faveur de certains Centres de formation d’apprentis sous financés. Les Régions n’ont pas été entendues dans leurs demandes d’accroissement de leurs ressources en faveur de l’apprentissage, nécessité si l’on veut collectivement atteindre les objectifs du gouvernement de passer à 500 000 apprentis d’ici 2017. Il est rappelé que les Régions  consacrent globalement 270 M€ de plus que les sommes qui leur sont transférées pour l’exercice de cette compétence.

Elles réitèrent leur souhait de pouvoir développer l’apprentissage dans le secteur public, y compris en demandant un financement spécifique aux employeurs publics des trois fonctions publiques, ce qui permettrait d’accroître le nombre d’apprentis, sur des métiers pouvant être exercés dans différents secteurs en dehors de la sphère publique (restauration collective, entretien des espaces verts…), avec des moindres risques de discrimination par rapport aux jeunes issus de quartiers sensibles. (…)

Pour lire le communiqué…

Un groupe de travail « alternance et apprentissage » pour préparer la conférence sociale de juillet

Par défaut

Une dépêche de Christophe Marty dans l’AEF (www.aef.info) nous apprend que le ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social et l’ARF (Association des régions de France) ont décidé de mettre en place cinq groupes de travail en vue de préparer la table ronde consacrée à la formation professionnelle qui doit se tenir dans le cadre de la conférence sociale des 9 et 10 juillet 2012.  Un de ces groupes aurait pour thème «l’alternance et l’apprentissage».

Les modalités pratiques de fonctionnement de ces groupes de travail, auxquels devraient être associés tous les acteurs concernés et notamment les partenaires sociaux, restent à définir.

Communiqué des Régions de France sur la loi sur l’alternance

Par défaut

L’Association des régions de France (ARF) a publié hier 6 juillet 2011 un communiqué sur la loi sur l’alternance en cours de discussion :
La Proposition de Loi sur l’Alternance poursuit un seul objectif, répondre aux injonctions de l’Etat sur le développement quantitatif de l’apprentissage, via notamment :
–      le retour de l’apprentissage junior, sous statut scolaire, pour les jeunes ayant 15 ans au cours de l’année civile. Les Régions se sont déjà élevées dans le passé sur cette disposition qui va à l’encontre de la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans. Les Régions réaffirment leur volonté de ne voir aucun élève stopper sa formation initiale avant d’avoir acquis le socle commun de connaissances et de compétences sanctionné par la fin du 1er cycle d’enseignement secondaire.

–       la possibilité d’apprentissage pour les intérimaires, pour lesquels il paraît évident que la continuité de suivi ne pourra être assurée

–      l’apprentissage pour les saisonniers, avec des risques évidents de perte de qualité dans le suivi-accompagnement des jeunes concernés
–      la possibilité pour les jeunes de faire un apprentissage sans employeur, sous le statut de formation professionnelle.  Il s’agit d’un non sens et d’un transfert de charge vers les conseils régionaux.

Pour L’ARF, l’utilisation de la procédure d’urgence prive les parlementaires de  leur capacité à exercer leurs prérogatives. Elle considère que le développement qualitatif de l’apprentissage est la première urgence afin de faire diminuer les 25% de ruptures de parcours en cours de formation.

Les Régions œuvrent depuis plusieurs années pour revaloriser auprès des jeunes l’apprentissage :

–      en investissant sur la modernisation des lieux de formation et des équipements pédagogiques

–      en facilitant la vie des jeunes en apprentissage par la mise à disposition de lieux d’hébergement, de facilités de transport…

Enfin, les Régions s’opposent au tour de passe-passe visant à fermer des sections dans les lycées professionnels pour remplir les sections d’apprentissage.

L’équivalent de Morano à l’ARF

Par défaut

L’Association des régions de France (ARF) vient de créer une commission de travail sur l’apprentissage présidée par Isabelle Gaudron, vice-présidente en charge de la formation professionnelle de la région Centre. Cette commission dépendra de la commission formation professionnelle et apprentissage qui existe déjà. Les objectifs de cette commission sont de faire le bilan des différentes problématiques liées à l’apprentissage dans les régions, de préparer les futurs contrats d’objectifs et de moyens (COM) qui doivent être conclus entre l’Etat et les régions pour la période 2011-2015, de réfléchir au développement de l’apprentissage dans le secteur public et sur les projets du gouvernement en matière de réforme de la taxe d’apprentissage.

L’ARF s’interroge

Par défaut

Jean-Paul Denanot, président du Conseil régional du Limousin et de la Commission formation professionnelle de l’Association des régions de France (ARF), s’interroge sur la nomination d’un ministre de l’apprentissage et de la formation professionnelle. « On n’est pas contre l’alternance mais on est aussi très attentif aux équilibres des différents modes d’éducation », a-t-il dit à Localtis, site de la Caisse des dépôts et consignations (CDC). « Augmenter fortement l’alternance correspondrait à un transfert de fait de la formation classique (en lycées professionnels) vers l’apprentissage qui risque de dégrader la formation professionnelle, et ça pourrait aussi cacher un transfert de charges qui ne dit pas son nom, puisque quand les jeunes sont formés en lycées professionnels, c’est l’Etat qui paye, alors que pour l’apprentissage, ce sont les régions. ». La Caisse des dépôts précise, à cette occasion, que le gouvernement a quand même prévu une enveloppe de 500 millions d’euros (gérée par la Caisse des dépôts) pour la modernisation des structures en alternance dans le cadre du programme d’investissements d’avenir.

Dépêche publiée par Localtis, le 18 novembre 2010

http://www.localtis.info/