Archives de Tag: apprentissage

Entrée en apprentissage jusqu’à 30 ans dans 7 régions

Par défaut

Un décret publié au Journal officiel du 31 décembre 2016 établit la liste des régions dans lesquelles l’âge limite d’entrée dans l’apprentissage est fixé à titre expérimental à 30 ans (contre 25 ans par ailleurs). Ce décret fait suite à la loi du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels.

Cette expérimentation est autorisée depuis le 1er janvier 2017 dans 7 régions :

Bretagne ;
Bourgogne-Franche-Comté ;
Centre-Val de Loire ;
Grand Est ;
Hauts-de-France ;
Nouvelle-Aquitaine ;
Pays de la Loire.

335 euros d’aide exceptionnelle aux apprentis de moins de 21 ans en 2017

Par défaut

Déclaration de politique générale de M. Bernard CAZENEUVE, Premier ministre, à l’Assemblée Nationale, Mardi 13 décembre 2016

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Députés,

(…) Par ailleurs en 2017, 210.000 apprentis de moins de 21 ans percevront une aide exceptionnelle de 335 euros.(…)

L’apprentissage au 31 décembre 2015

Par défaut

NOTE D’INFORMATION DE LA DIRECTION DE L’ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE ET DE LA PERFORMANCE – n° 29 – Novembre 2016

Au 31 décembre 2015, les centres de formation d’apprentis accueillent 405 200 apprentis, soit une stabilité par rapport à 2014 (- 0,2 %). La baisse s’atténue fortement dans l’enseignement secondaire (- 2,2 % contre – 6,7 % entre 2014 et 2015), tandis que la croissance de l’apprentissage dans l’enseignement supérieur s’accélère de façon marquée (+ 3,8 % après + 0,6 % en 2014).
Le nombre d’entrées en apprentissage est en progression en 2015 (+ 1,9 %). Les entrées à l’issue de la classe de troisième augmentent de 3,1 %.
Le poids de l’apprentissage parmi les 16-25 ans remonte de 0,2 point.

Pour lire la note…

 

Un dispositif « Tremplin vers l’apprentissage » dans la région Auvergne-Rhône Alpes

Par défaut

Article publié dans L’actualité de la formation le 29 septembre 2016

« Laurent Wauquiez l’avait annoncé dès son accession à la tête de la Région, l’apprentissage serait l’une de ses priorités. Il l’a rappelé lors du vote du dispositif « Tremplin vers l’apprentissage » qui devrait selon lui permettre d’« accroître le nombre d’apprentis dans les CFA dès la rentrée 2016 » et contribuer ainsi à faire « d’Auvergne-Rhône-Alpes une région leader en matière d’apprentissage ». Pour ce faire, le dispositif « Tremplin » apporte un soutien financier de 1 000 euros par jeune pour « encourager les CFA à accueillir les élèves qui n’ont pas trouvé d’entreprise mais qui désirent se former via l’apprentissage », explique la Région. Destinée aux CFA volontaires, la mesure leur permettra d’accueillir, de former et d’accompagner des jeunes sans contrat d’apprentissage pour une période de quatre mois maximum dans leur recherche d’entreprise. Laps de temps durant lequel les jeunes auront le statut de stagiaires de la formation professionnelle non rémunérés et bénéficieront ainsi d’une protection sociale financée par la Région. »

Pour lire l’article…

Baisse des entrées en apprentissage en septembre 2015, augmentation des contrats de professionnalisation

Par défaut

CONTRATS EN ALTERNANCE (source DARES)

CONTRATS D’APPRENTISSAGE

Entrées Septembre 2015 : 61 317

Entrées Septembre 2014 : 61 573

CONTRATS DE PROFESSIONNALISATION

Entrées Août 2015 : 13 615

Entrées Août 2014 : 10 066

 

Le système d’apprentissage en Allemagne et en Autriche

Par défaut

Rapport d’information fait au nom de la commission des affaires sociales sur le système d’apprentissage en Allemagne et en Autriche, par MM. Jean DESESSARD, Jérôme DURAIN, Michel FORISSIER, Mme Françoise GATEL, MM. Éric JEANSANNETAS et Philippe MOUILLER, Sénateurs.
CONCLUSION

La délégation de la commission des affaires sociales qui s’est rendue en Allemagne et en Autriche est consciente que le modèle d’apprentissage germanique ne peut être transposé sans aménagement en France.
D’ailleurs ce système, en dépit de ses bonnes performances globales et du fort taux d’insertion des jeunes apprentis dans le monde du travail,montre aujourd’hui ses limites.
En outre, il n’entrait pas dans la mission de la délégation d’examiner en profondeur notre système d’apprentissage.
Pour autant, certaines pistes de réforme consensuelles se dégagent assez nettement à ce stade de la réflexion :

– la conclusion d’un pacte national sur l’apprentissage, qui réunirait tous les acteurs du monde de l’apprentissage, avec des objectifs pluriannuels précis, réalistes, et renseignés chaque année, permettrait de fixer un cadre global qui fait aujourd’hui défaut ;
– afin d’assurer un véritable pilotage national de l’apprentissage, il serait nécessaire de créer un «BiBB à la française», visant à coordonner l’action des régions, sans bien sûr revenir sur les acquis de la décentralisation ;
– surtout, il devrait revenir aux partenaires sociaux, et non aux services des ministères, d’élaborer eux-mêmes les projets de référentiels de formation en apprentissage, afin de répondre aux besoins concrets des entreprises, tout en respectant les droits des apprentis et leur employabilité à long terme.

Sur tous ces sujets, la réflexion doit être poursuivie par le Sénat afin d’insuffler une nouvelle dynamique à l’apprentissage en France, et redonner de l’espoir aux jeunes confrontés au fléau du chômage.

Pour accéder au rapport…

Les formations en apprentissage bénéficient d’une très bonne image auprès des Français

Par défaut

Près de 9 Français sur 10 (88%) déclarent avoir une bonne image de l’apprentissage, dont 37% une «très bonne image».
Selon une très large majorité de Français, les formations en apprentissage permettent de se confronter plus tôt aux réalités de l’entreprise (94%), et de trouver un emploi plus facilement (86%). Conséquence, une proportion équivalente (87%) estime que le développement des formations en apprentissage constituerait un moyen efficace pour lutter contre le chômage des jeunes.

Si les enseignements des formations en apprentissage sont très majoritairement jugés de bonne qualité (78%), ces formations ne sont pas perçues comme faciles d’accès : les deux tiers des Français ont le sentiment qu’il est compliqué de trouver un poste d’apprenti (66%).
Sondage BVA réalisé du 01 octobre 2015 au 02 octobre 2015