Archives de Catégorie: Pédagogie de l’alternance

Conseil de rentrée : l’histoire du cheval qui n’a pas soif

Par défaut

 L’HISTOIRE DU CHEVAL QUI N’A PAS SOIF

Le jeune citadin voulait se rendre utile à la ferme où on l’hébergeait :

– Avant de mener le cheval aux champs, se dit-il, je vais le faire boire. Ce sera du temps de gagné. On sera tranquille pour la journée.

Mais, par exemple ! C’est le cheval qui commanderait, maintenant ? Comment ? Il se refuse à aller du côté de l’abreuvoir et n’a d’yeux et de désirs que pour le champ de luzerne proche ! Depuis quand les bêtes commandent-elles ?

– Tu viendras boire, te dis-je !…

Et le campagnard novice tire sur la bride, puis va par derrière, et tape à bras raccourcis. Enfin !… La bête avance… Elle est au bord de l’abreuvoir…

– Il a peur, peut-être… Si je le caressais ?… Tu vois l’eau est claire ! Tiens ! Mouille-toi les naseaux… Comment ! Tu ne bois pas ?… Tiens !…

Et l’homme enfonce brusquement les naseaux du cheval dans l’eau de l’abreuvoir.

– Tu vas boire, cette fois !

La bête renifle et souffle, mais ne boit pas. Le paysan survient, ironique.

– Ah ! tu crois que ça se mène ainsi, un cheval ? C’est moins bête qu’un homme, sais-t ?? Il n’a pas soif.. Tu le tuerais, mais il ne boira pas. Il fera semblant, peut-être; mais l’eau qu’il aurait avalée, il te la dégorgera… Peine perdue, mon vieux !…

– Comment faire, alors ?

– On voit bien que tu n’es pas paysan ! Tu n’as pas compris que le cheval n’a pas soif en cette heure matinale, mais qu’il a besoin de bonne luzerne fraîche. Laisse-le manger son saoul de luzerne. Après, il aura soif, et tu le verras galoper à l’abreuvoir. Il n’attendra pas que tu lui en donnes la permission. Je te conseille même de ne pas trop te mettre en travers… Et quand il boira, tu pourras tirer sur la longe !

C’est ainsi qu’on se trompe toujours, quand on prétend changer l’ordre des choses, et vouloir faire boire qui n’a pas soif…

Educateurs, vous êtes au carrefour.  Ne vous obstinez pas dans l’erreur d’une « pédagogie du cheval qui n’a pas soif ». Allez hardiment et sagement vers la « pédagogie du cheval qui galope vers la luzerne et l’abreuvoir. »

Bibliothèque de l’Ecole Moderne n°54-55, CONSEILS AUX JEUNES,  Célestin FREINET, Dépôt légal 1969

En matière d’alternance, il y a une forme d’impensée de la pédagogie

Par défaut

Selon Philippe Maubant, Université de Sherbrooke, Québec : « En matière d’alternance, il y a une forme d’impensée de la pédagogie… La manière dont un formateur va penser les apprentissages et les transformer en situations didactiques n’est pas si fréquente. »
Colloque La formation par alternance, Dijon, 5 décembre 2012.

Le métier de formateur et l’alternance

Par défaut

Intervention de Noël Denoyel, maître de conférence en sciences de l’éducation à l’université de Tours, lors des interrégionales « évolution du métier de formateur » sur le thème « l’alternance en formation d’adultes », journée du 22 mars 2006 à Neuilly-sur-Marne.

Pour écouter l’intervention, cliquer sur ce lien. 

Tu es nul !

Par défaut

Extrait d’une interview, réalisée par Mattea Battaglia, paru dans le Monde du 6 octobre 2011, de Peter Gumbel, ex-correspondant de Time Magazine à Paris, enseignant à l’école de journalisme de Sciences Po Paris :

« Une profusion d’enquêtes comparatives montre que les élèves français, à la différence d’autres enfants, dans les pays anglo-saxons ou nordiques, manquent de confiance en eux. Ils ont peur de l’échec, sont anxieux, au point d’hésiter à parler en classe, même lorsqu’ils savent leurs leçons. Ce qui frappe l’étranger que je suis, c’est la « culture de la salle de classe », impitoyable, qui décourage, enfonçant les plus fragiles, et qui peut se résumer en trois mots : « Tu es nul. »

L’accompagnement en alternance : quelques définitions

Par défaut

Lu dans le blog de la formation professionnelle et continue un papier de Malthide Bourdat qui donne quelques définitions sur les mots tuteur, mentor, coach…
Intéressant !
Pour lire l’article, cliquer sur ce lien.

Approche éducative

Par défaut

Régis Marcon, restaurateur trois étoiles, vient de remettre au ministre du Travail un livre blanc dont le titre est « L’alternance dans la restauration, avançons ensemble« .
Au delà des mesures concrètes qui y sont préconisées, les titres des chapitres me paraissent particulièrement judicieux en termes de problématique éducative :

  • DONNER ENVIE
  • DONNER CONFIANCE
  • DONNER L’EXEMPLE

Maison familiale rurale : le souci de l’accueil des stagiaires

Par défaut

Lu dans Ouest France :

L’alternance est une opportunité de formation pour les élèves au gré des stages et pour construire leur projet professionnel. L’accompagnement des stagiaires s’avère souvent déterminant pour leur intégration et leurs apprentissages au sein des structures d’accueil. Pour répondre à cette problématique, la Maison familiale rurale de Saint-Méen-le-Grand en Ille et Vilaine, en partenariat avec la MSA 35, a organisé un temps fort « Services aux personnes » intitulé « Le jeune d’aujourd’hui, le professionnel de demain ». Professionnels, élèves et formateurs de la MFR de Saint-Méen et de Saint-Aubin-d’Aubigné se sont retrouvés à cette occasion.

La compagnie Globe théâtre a interprété deux saynètes ayant pour décors une maison de retraite et une crèche. Dans chaque histoire, le stagiaire éprouvait des difficultés à se positionner par rapport à ses maîtres de stage, aux personnes prises en charge ou face aux familles des usagers. L’originalité du théâtre forum est d’être interactif et de transformer les spectateurs en acteurs. Le public pouvait interrompre les acteurs à tout moment pour donner leur avis et les remplacer sur scène. Des professionnels sont intervenus pour partager leurs expériences dans l’accueil de stagiaire.

Marie-Thérèse Ollivier, infirmière à la maison de retraite de Saint-Méen et administratrice à la MFR, a présenté le protocole : « L’accueil d’un stagiaire se prépare en amont, s’anticipe. Il est nécessaire de le présenter à l’ensemble du personnel, aux résidents. Il faut cibler avec lui ses objectifs de stage, lui laisser un temps d’observation, puis l’accompagner pour qu’il acquiert un savoir-faire. Il faut avoir à l’esprit que le stagiaire sera peut-être notre futur collègue. Pour un maître de stage, accueillir un jeune permet de se remettre en cause et d’acquérir de nouvelles connaissances. »

Mickaël Chabrun, formateur-tuteur à la MFR de Saint-Aubin, a précisé que « le stagiaire doit faire des démarches pour faciliter son intégration : 1 re prise de contact téléphonique avec son maître de stage, prises de rendez-vous. Il trouvera ainsi toute sa place au sein de la structure. Il doit être rigoureux comme l’est son maître de stage avec lui »…

Pour lire l’article…