Et si l’exemple venait de la Belgique : Un statut unique pour les jeunes suivant une formation en alternance

Par défaut

Article publié le 28 mai 2015 sur le site 7sur7

« Le gouvernement de la fédération Wallonie-Bruxelles et le collège (l’exécutif) de le gouvernement francophone bruxellois ont adopté le Contrat commun d’alternance qui permettra l’instauration, dans la partie francophone du pays, d’un statut unique du jeune suivant une formation en alternance, ce qui mettra les apprenants sur un pied d’égalité et une meilleure lisibilité pour les entreprises, ont annoncé jeudi la ministre de l’Education Joëlle Milquet, et le ministre bruxellois en charge de la Formation professionnelle, Didier Gosuin .

Ce contrat commun était attendu depuis plusieurs années. Adopté cette semaine par les deux gouvernements précités, il remplacera la Convention d’Insertion Socio-Professionnelle (CISP) des CEFA et le contrat d’apprentissage de la formation des petites et moyennes entreprises.

Le dispositif concernera plus de 10.000 jeunes de l’enseignement et de la formation en alternance en Wallonie et à Bruxelles. En 2014, 5.639 jeunes des CEFA étaient sous contrat CISP; 4.359 jeunes de l’IFAPME en Wallonie et 742 jeunes du Service de Formation des PME (SFPME) à Bruxelles étaient sous contrat d’apprentissage.

L’objectif des gouvernements francophones est de rendre ce contrat commun effectif dès la rentrée de septembre 2015.

L’utilisation d’un contrat d’alternance commun à tous les opérateurs formant des jeunes en alternance générera une plus grande clarté pour les entreprises, une plus grande lisibilité pour les publics concernés, ainsi qu’une simplification administrative bénéficiant à tous les acteurs, ont souligné jeudi Joëlle Milquet et Didier Gosuin.

Cet outil commun favorisera la mobilité entre enseignement (CEFA) et formation (IFAPME et SFPME) ainsi que les rapprochements entre opérateurs qui coopèrent de manière de plus en plus étroite tout particulièrement via l’utilisation des mêmes profils de formation.

Du côté du SFPME bruxellois, ce nouvel outil – avec d’autres mesures d’accompagnement en entreprise financées notamment par le Fonds social européen – va venir soutenir la volonté de la Déclaration de politique générale de la COCOF d’augmenter le nombre d’apprentis à Bruxelles dans les métiers répandus dans le tissu des PME qui représentent la toute grande majorité des entreprises de la capitale.

Du côté des CEFA, la CISP était applicable aux jeunes de 15 à 18 ans alors que le Contrat Commun d’Alternance s’applique aux jeunes de 15 à 25 ans.

Il favorisera et facilitera non seulement le développement de formation en alternance au 3ème degré de l’enseignement technique et professionnel tel que prévu dans la Déclaration Politique Communautaire, mais aussi le développement de l’alternance dans l’enseignement spécialisé où les jeunes ont souvent plus de 18 ans lorsqu’ils s’inscrivent dans cette filière.

Le Contrat commun permettra par ailleurs aux apprenants de bénéficier de toutes les garanties en matière de protection sociale comparables à celles d’un salarié.

Un dispositif du même type a été approuvé le 5 mai dernier par le gouvernement wallon. »

Pour accéder à l’article…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s