Développer l’apprentissage, extraits dossier de presse de rentrée du ministère de l’Education nationale

Par défaut

Développer l’apprentissage : Extraits du dossier de presse sur la rentrée 2014/2015 au ministère de l’Éducation nationale

Au 31 décembre 2012, on comptait 438 143 apprentis dans des centres de formation publics et privés, dont 135 371 dans l’enseignement supérieur (du BTS au diplôme d’ingénieur).

Si la situation économique générale se ressent sur le taux d’emploi des apprentis à la sortie de leur formation (en baisse de 4 points en 2013), l’apprentissage reste un moyen d’insertion performant. En février 2013, sept mois après leur sortie de formation en centre de formation d’apprentis (CFA), 65 % des apprentis ont un emploi, soit 22 points de plus que les jeunes issus de la voie scolaire (43 %). Par ailleurs, lorsqu’ils travaillent, une grande majorité des jeunes formés par la voie de l’apprentissage ont un emploi à durée indéterminée (EDI, 59 %).

Pour faciliter l’insertion professionnelle des jeunes, le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche participe au plan de développement de l’apprentissage inscrit dans la feuille de route sociale, qui se met en place dès la rentrée. L’objectif ministériel est d’atteindre 500 000 apprentis, dont 60 000 dans les lycées publics (contre 40 000 à l’heure actuelle), d’ici 2017.

Promouvoir un développement quantitatif et qualitatif

Dans le cadre de l’objectif de 500 000 apprentis d’ici 2017, le Gouvernement se donne pour ambition de recruter 10 000 apprentis dans la fonction publique d’État et d’encourager des démarches analogues auprès des fonctions publiques hospitalière et territoriale. Pour ce faire, il s’emploiera à lever les freins, par exemple en valorisant la fonction de maître d’apprentissage. En outre, une réflexion sera engagée pour permettre l’accès des apprentis aux concours de la fonction publique.

L’Éducation nationale se mobilise particulièrement avec un objectif de former 60 000 apprentis, en ciblant les premiers niveaux de qualification et les métiers en tension. Elle compte aujourd’hui dans ses lycées publics 40 000 apprentis, accueillis notamment dans 95 centres de formation d’apprentis (CFA) gérés par des établissements publics locaux d’enseignement (EPLE) et 565 unités de formation par apprentissage (UFA), également installées dans des EPLE et qui sont rattachées à un CFA.

Sur ces 40 000 apprentis :

  • 33 % préparent un diplôme de niveau V,
  • 32 % un diplôme de niveau IV,
  • 31 % un diplôme de niveau III
  • et 4 % un diplôme de niveau II ou I.

La possibilité d’offrir des parcours de formation mixtes, combinant statut scolaire et apprentissage dans les EPLE (un an sous statut scolaire, puis deux ans en apprentissage ou 2 ans + 1 an, pour le baccalauréat professionnel par exemple) constitue à la fois pour les jeunes et pour les employeurs une condition favorable au développement de l’apprentissage en lycée. Pour les jeunes, ce dispositif a également l’intérêt de leur éviter de changer d’établissement quand ils deviennent apprentis. Par ailleurs, au-delà des parcours 2+1, les CFA des lycées peuvent proposer à des élèves décrocheurs une poursuite en apprentissage ou à des jeunes ayant rompu un contrat d’apprentissage de terminer leur formation sous statut scolaire.

Les établissements peuvent également développer la mixité des publics. Il s’agit de regrouper des jeunes de statuts différents (élèves, apprentis, stagiaires de la formation professionnelle) dans une même formation. Outre l’intérêt pour l’EPLE, notamment de pérenniser des formations à fort taux d’insertion et à faible flux, cette mixité a de nombreux atouts :

  • Pour les élèves : elle est stimulante, les apprentis et les stagiaires deviennent personnes ressources, le passage d’un statut à l’autre est facilité, les parcours sont sécurisés.
  • Pour les apprentis et les stagiaires : la situation est valorisante car elle leur permet de s’appuyer sur leur culture de l’entreprise, de faciliter le passage d’un statut à l’autre et de sécuriser leurs parcours.
  • Pour les enseignants : la mixité apporte un nouveau regard sur les méthodes pédagogiques, elle favorise l’exploitation pédagogique des périodes en entreprise et des situations professionnelles vécues.

La réorganisation de l’offre de formation dans les académies autour des lycées des métiers et des campus des métiers et des qualifications, en favorisant la mixité des parcours et les changements de statut tout au long de la formation, de l’enseignement secondaire à l’enseignement supérieur, est également un facteur qui contribuera au développement de l’apprentissage en EPLE.

Enfin, l’Éducation nationale est en mesure de mobiliser ses nombreux partenaires, entreprises, branches professionnelles, économie sociale et solidaire, pour établir avec eux un projet de développement concerté de l’apprentissage en EPLE, en collaboration avec les régions.

Mieux faire connaître l’apprentissage

La feuille de route issue de la grande conférence sociale de juillet 2014 fixe comme objectif de changer l’image de l’apprentissage auprès des jeunes et des acteurs de l’orientation, en mettant en place plusieurs actions :

  • l’intégration de la découverte de l’apprentissage dans le parcours individuel d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel à partir de la 5e,
  • l’évolution de la procédure et du logiciel d’affectation des élèves à l’issue du collège afin d’intégrer l’accès aux formations en apprentissage, ainsi que la généralisation de l’intégration des formations par apprentissage dans APB (admission post-bac),
  • le déploiement d’actions pour renforcer les liens avec le monde professionnel.

Former les personnels de l’Éducation nationale

Le développement de l’apprentissage au sein de l’Éducation nationale va nécessiter la mobilisation des personnels des établissements.

À cette fin, un module de pédagogie de l’apprentissage sera introduit dans la formation initiale et continue des enseignants et des personnels de l’orientation, ainsi qu’un module ingénierie et évaluation de l’apprentissage dans la formation initiale et continue des personnels d’encadrement.

Advertisements

Une réponse "

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s