Les propositions de l’association nationale des directeurs des ressources humaines pour développer les formation par alternance

Par défaut

L’Association Nationale des Directeurs des Ressources Humaines (ANDRH) tenait ses Assisses le 21 juin dernier.
L’ANDRH a fait, à cette occasion, plusieurs propositions sur l’emploi des jeunes et l’alternance.

L’ANDRH fait d’abord trois constats majeurs :

  • L’emploi des jeunes est un enjeu pour 2 entreprises sur 3 : 54% des entreprises déclarent vouloir augmenter la part d’alternants.
  • Le manque de candidats sur les métiers en tension (400.000 postes non pourvus) constitue une difficulté majeure, notamment au sein des filières techniques ou dites de production.
  • La complexité administrative des dispositifs fait l’unanimité contre elle.

Face à ces constats, ses propositions d’actions concernent plusieurs domaines :

  • Développer la collaboration entre le monde de l’entreprise et l’enseignement afin d’établir un véritable et durable co-développement.
  • Inscrire dans le cursus de formation initiale des enseignants, puis le renouveler tous les 5 ans, un stage obligatoire en entreprise.
  • Trouver d’autres alternatives pour stimuler l’alternance et simplifier les dispositifs d’alternance en fusionnant les contrats existants.
  • Simplifier juridiquement les contrats, notamment en cas de rupture.
  • Affecter un pourcentage du 1% logement aux jeunes en alternance afin qu’ils puissent louer un logement à proximité de leur entreprise.
  • Financer un tiers du permis de conduire des jeunes qui suivent un cursus en alternance.
  • Le rôle du tuteur doit être valorisé.

L’un des points de convergence pour l’ensemble des DRH présents et des partenaires sociaux invités est l’importance du tuteur dans le processus d’apprentissage. Tous reconnaissent que la réussite du contrat du jeune passe par la confiance qui s’établit entre le jeune et son tuteur. Aussi est-il indispensable de valoriser le rôle du tuteur et son investissement. Un salarié plus expérimenté qui s’engage dans la formation d’un jeune doit être formé, reconnu et surtout rémunéré pour son travail.

Advertisements

Une réponse "

  1. Encore un article et encore des propositions pour faire avancer la cause de l’alternance. En fait, il semble que désormais la question n’est pas comment développer l’alternance mais plutôt pourquoi cela ne marche pas?
    Les propositions faites ici sont déjà connues, ont été énoncées maintes fois, sont appelées de leurs voeux part tous les spécialistes de l’éducation qui s’interrogent sur le devenir de (TOUS) les jeunes français…et pourtant, cela ne marche pas.
    Pour comprendre, il aurait été judicieux de compléter ces propositions par la réponse faite par le ministre actuel de l’EN lors de la journée de l’ANDRH dont il est fait référence dans l’article. Ajoutons à cela la position de quelques syndicats de l’EN envers l’alterannce et le débat est clos….Penser à la jeunesse de ce pays? mais vous êtes fous; il y a d’autres priorités! (à voir comment la grève SNCF a pu affoler les jeunes qui devaient passer un examen la semaine dernière; on comprends la priorité réservée à cette jeunesse)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s