La FNADIR réclame une stratégie claire pour l’apprentissage

Par défaut

La FNADIR qui regroupe 20 associations régionales de directeurs de CFA, plus de 500 directeurs et directrices de CFA, plus de 300 000 apprentis (70% des effectifs nationaux) et autant d’entreprises, du CAP au Bac+5, dans tous les métiers, vient de publier un communiqué de presse.
La FNADIR se félicite de la volonté du gouvernement d’examiner de manière approfondie tous les aspects de l’apprentissage, mais exprime sa vive inquiétude d’afficher prioritairement un objectif quantitatif de 500 000 apprentis en 2017 sans qu’une stratégie claire pour l’apprentissage soit précisée.
Dans son document de cadrage sur la Concertation relative à l’apprentissage il est évoqué successivement : le développement de l’apprentissage et la question de son financement ; la collecte de la Taxe d’apprentissage et la sécurisation des parcours des jeunes. Mais rien n’est explicité quant à la finalité poursuivie : Insertion professionnelle ? Dynamisation du tissu économique ? Contribution à l’élévation du niveau de qualification ? Finalité sociale ?
La FNADIR rappelle que l’apprentissage permet aux jeunes de se former à un métier tout en l’exerçant ; il est aussi un mode d’éducation qui inverse le processus d’apprentissage par rapport au système scolaire. Sa visée est de former le jeune par le travail là où la visée du stage et de la mission est d’illustrer la formation reçue à l’école.
Par ailleurs, durant son entretien au cabinet du ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle, la FNADIR a proposé que le prochain texte contienne a minima :

  • l’affirmation que l’apprentissage relève de la formation initiale et concourt aux objectifs éducatifs de la nation (L6211-1), là où le contrat de professionnalisation relève de la formation continue,
  • élargir l’apprentissage aux titres inscrits au RNCP et ne pas le limiter aux diplômes de l’Éducation nationale,
  • les objectifs clairs qui sont poursuivis, des règles du jeu fixes et l’assurance des financements nécessaires,
  • le recentrage de la Taxe d’apprentissage sur le financement de l’apprentissage,
  • des éclaircissements quant au rôle du CFA, qui n’est qu’une partie du dispositif apprentissage,
  • une révision de la grille de salaire des apprentis, fondée sur les niveaux de formation et non sur l’âge, et sur des principes de progressivité, de simplification, de clarification et d’une plus grande lisibilité.

Une nouvelle fois, la FNADIR appelle l’ensemble des institutions tutelles et partenaires à la construction d’une politique d’apprentissage d’avenir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s