Les ministres de l’UE en charge de la politique de l’emploi ont adopté une déclaration sur l’apprentissage

Par défaut

Communiqué de presse publié le 16 octobre sur le site www.eu2013.lt

Lors de la réunion du 15 octobre au Luxembourg, les ministres de l’Union européenne en charge de la protection sociale et de l’emploi ont porté une attention particulière à l’emploi des jeunes, le détachement de travailleurs, le semestre européen et la coordination de la politique sociale et économique.

(…)

Le Conseil a adopté aujourd’hui la déclaration sur l’alliance européenne pour l’apprentissage. La présidence lituanienne a préparé cette déclaration en se basant sur les résultats de la réunion informelle des ministres en charge de la protection sociale et de l’emploi qui a eu lieu en juillet à Vilnius. Dans la déclaration est exprimé l’objectif des pays membres de l’UE d’améliorer la qualité et l’offre des schémas d’apprentissage, en impliquant les employeurs, les institutions publiques et les partenaires sociaux.

« Je me réjouis que nous avons adopté aujourd’hui une décision importante pour toute l’Union européenne : la déclaration du Conseil, préparée par la Lituanie, sur l’alliance européenne pour l’apprentissage, dont l’objectif essentiel est de à garantir que, dans les pays membres, les jeunes gens puissent acquérir efficacement et avec qualité les pratiques de travail et les compétences nécessaires. Je crois que c’est une avancée extrêmement importante pour résoudre les questions de chômage et de formation professionnelle des jeunes », a déclaré la ministre Algimanta Pabedinskienė.

La ministre a souligné que le chômage des jeunes est un problème douloureux pour toute l’Europe. Le taux de chômage des jeunes dans l’UE fait actuellement plus de 23 % et il est deux fois supérieur à celui des adultes. Il y a des pays où ce taux dépasse les 50 %. Le marché de l’UE perd à cause de cela des milliards d’euros chaque année, une menace sérieuse apparaît pour l’économie et la compétitivité de l’Europe.

« Comme le montre l’expérience des pays, le taux de chômage des jeunes est beaucoup plus faible là où fonctionnent efficacement l’apprentissage, c’est-à-dire une formation en contexte professionnel, lorsque des conditions sont créées pour que les jeunes travaillent et d’étudient dès les premières années d’études, acquérant ainsi des compétences professionnelles pratiques. Cela a un impact particulièrement positif sur l’emploi des jeunes, l’inclusion sociale, la concordance entre l’offre et la demande du marché du travail et la compétitivité économique », a dit la ministre.  Dans les pays, où est développé ce système de formation en contexte professionnel, le chômage des jeunes est le plus faible dans l’UE. Par exemple, selon les données d’août 2013, le chômage des jeunes représentait 7,7 % en Allemagne et 8,6 % en Autriche.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s