Lancement de l’alliance européenne pour l’apprentissage

Par défaut

Communiqué de presse de la Commission européenne du 2 juillet 2013

(…) Cette alliance permettra de lutter contre le chômage des jeunes en multipliant les offres d’apprentissage dans l’ensemble de l’UE et en améliorant leur qualité, grâce à un large partenariat entre les principales parties prenantes en matière d’emploi et d’éducation. Elle vise également à faire évoluer les mentalités à l’égard des apprentissages. Elle recensera notamment les programmes d’apprentissage qui obtiennent les meilleurs résultats dans l’Union européenne et appliquera des solutions appropriées dans chaque État membre.

L’alliance s’appuie sur la première déclaration commune jamais publiée par la Commission européenne, la présidence du Conseil des ministres de l’Union européenne, les syndicats de travailleurs et les associations d’employeurs à l’échelle européenne [la Confédération européenne des syndicats (CES), BusinessEurope, le Centre européen des entreprises à participation publique et des entreprises d’intérêt économique général (CEEP) et l’Union européenne de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises (UEAPME)]. L’alliance promeut les mesures qui seront financées par le Fonds social européen, l’initiative pour l’emploi des jeunes et Erasmus +, le nouveau programme de l’UE pour l’éducation, la formation et la jeunesse.

«Nous appelons toutes les parties prenantes à adhérer à l’alliance européenne pour l’apprentissage, à multiplier les offres d’apprentissages et à en améliorer la qualité», ont affirmé les commissaires dans une déclaration commune. «L’apprentissage peut jouer un rôle crucial dans la lutte contre le chômage des jeunes en apportant à ceux-ci les compétences et l’expérience que les employeurs recherchent

Dans les États disposant de systèmes d’enseignement et de formation professionnels (EFP) forts, comme l’Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas et l’Autriche, le chômage des jeunes tend à être plus faible. La Commission confirme cette analyse dans la dernière revue trimestrielle sur l’emploi et la situation sociale dans l’UE, qui indique que les apprentissages et les stages sont souvent un tremplin vers un emploi permanent. C’est la raison pour laquelle l’apprentissage est un élément clé de la garantie pour la jeunesse, proposée par la Commission dans le cadre du «paquet emploi jeunes» en décembre 2012 et adoptée par le Conseil en avril 2013.

«Nous devons dès à présent unir nos efforts et agir afin de faire en sorte que nos jeunes acquièrent les compétences dont ils ont besoin pour réussir dans leur vie personnelle et professionnelle», a déclaré Mme Vassiliou. «Compte tenu des niveaux inacceptables du chômage des jeunes, il est urgent pour les responsables de l’éducation et de l’emploi de coopérer pour aider les jeunes européens à passer plus facilement de l’école au monde du travail», a ajouté M. Andor.

L’alliance appuiera les réformes nationales visant à mettre en place ou à renforcer les programmes d’apprentissage. La Commission invite tous les partenaires potentiels à adhérer à l’alliance : pouvoirs publics, entreprises, syndicats, chambres de commerce, prestataires d’enseignement et de formation professionnels, représentants de la jeunesse et services de l’emploi. Elle les encourage à prendre des engagements fermes pour stimuler les financements publics et privés en faveur des programmes d’apprentissage.

En signant la déclaration commune, les représentants des syndicats et des employeurs au niveau européen se sont engagés, au cours des six prochains mois, à concentrer leurs efforts pour :

• sensibiliser aux avantages que présentent les apprentissages pour les employeurs et pour les jeunes;

• propager les expériences et les bonnes pratiques au sein de leurs propres organisations;

• motiver les organisations auxquelles ils appartiennent et les conseiller quant à la mise en place d’apprentissages de qualité en adéquation avec les besoins du marché du travail.

Ils encourageront également leurs membres à :

• coopérer avec les écoles et les services de l’emploi;

• soutenir la formation de tuteurs en entreprise et l’accompagnement des apprentis;

• augmenter l’offre d’apprentissages et leur qualité.

La Commission s’est engagée à :

• promouvoir l’apprentissage et l’évaluation entre pairs pour soutenir la réforme des politiques dans les États membres, en particulier ceux à qui ont été adressés des recommandations par pays en matière d’EFP;

• faire en sorte que les fonds de l’Union soient utilisés au mieux pour contribuer aux objectifs de l’alliance (aides en faveur du développement, des contenus d’apprentissage et de la mobilité des apprentis et du personnel au niveau du système);

• envisager l’inclusion des apprentissages dans le réseau EURES, en coopération étroite avec les parties prenantes concernées;

• inviter l’association européenne des chambres de commerce et d’industrie (Eurochambres) et d’autres parties prenantes concernées à prendre des mesures contribuant à permettre à l’alliance d’obtenir des résultats.(…)

Pour lire la totalité du communiqué…

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s