Comment favoriser le partage des questions éducatives ?

Par défaut

Réflexion :

L’école a besoin de s’appuyer sur un dialogue élargi, sur une mobilisation sociétale d’envergure. Comment peut-elle faire pour faire interagir différentes personnes aux statuts multiples dans les processus d’apprentissage et éducatifs ? Comment peut-elle mettre l’apprenant dans différents statuts qui le sortent de son rôle permanent et passif d’élève ? Comment le rendre citoyen, salarié, étudiant à la fois ? Comment l’impliquer dans des démarches collectives ?

Telles sont quelques questions qui méritent d’être posées car l’éducation des jeunes ne se joue pas uniquement dans la salle de classe. Comment donc articuler la diversité des temps d’éducabilité de l’enfant et des adultes qui l’entourent ? N’est-ce pas cette approche globale que doit avoir l’école ?
La coéducation – même si le mot n’est pas extraordinaire – est à la base du processus. Il faut un aller-retour permanent entre l’éducation formelle et l’éducation informelle. Chaque personne doit être considérée non comme un individu dans un groupe social mais comme un membre d’un groupe social, d’une famille, d’une communauté, en interactions réciproques.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s