En Allemagne, la tradition de l’apprentissage fait rempart contre le chômage

Par défaut

Article de Camille Le Tallec, à Berlin, publié le 11 décembre sur le site www.la-croix.com

 Avec un taux de chômage de 8,1 % chez les moins de 25 ans, l’Allemagne est le meilleur élève de l’Union européenne.

Partager son temps entre entreprise et école professionnelle, pendant deux à trois ans. C’est le chemin choisi outre-Rhin par près de deux tiers (65 %) d’une classe d’âge. L’Allemagne compte actuellement plus d’un million et demi de jeunes en alternance, trois fois plus qu’en France.

Un système d’apprentissage perçu comme un ressort fondamental du relatif succès allemand en matière d’emploi des jeunes. Le taux de chômage des moins de 25 ans s’élevait à 8,1 % en octobre, selon Eurostat, soit le plus bas de l’Union européenne, où il atteint 23,4 % en moyenne.

« L’apprentissage est une vieille tradition que l’on a su préserver, voire développer »,explique Karl Brenke, chercheur à l’institut allemand de recherche en économie (DIW). Il concerne de nombreuses branches de l’économie – artisanat, commerce, banque, assurance, industrie. Selon lui, « la formation par alternance est reconnue en Allemagne comme une première étape vers la réussite professionnelle », plutôt que comme un pis-aller réservé aux élèves en échec scolaire.

Parmi les apprentis arrivés au sommet, Jürgen Schrempp, patron du constructeur automobile Daimler de 1995 à 2005, et Franz Müntefering, apprenti vendeur devenu vice-chancelier de 2005 à 2007, sont souvent cités…

Pour lire la suite de l’article…

Advertisements

Une réponse "

  1. Oui certes, il y a plus d' »apprentis » en Allemagne qu’en France et moins de chômeurs en Allemagne qu’en France. Conclusion; il faut développer l’apprentissage pour faire baisser le chômage. Ah! si les choses étaient si simples. Malheureusement les incantations et les recettes miracles règlent rarement les problémes. Désormais, on a des études sérieuses qui éclairent (ou devraient) les débats. Quelques nuances. Si l’apprentissage facilite l’entrée dans un métier, il ne garantie en rien ni la pérennité, ni l’évolution dans ce métier (au contraire). Autre chose, en Allemagne aussi, le nombre d’apprentis se tassent, sauf pour les hauts niveaux de foramtion. Or, pour ce public, apprentissage ou pas, l’insertion est bonne. Bref, et malheureusement, l’apprentissage reproduit le schéma classique de l’école académique.
    Enfin, rappelons que les pays ou l’apprentissage n’existe pas, sont ceux ou le chômage des jeunes est le plus faible (Japon, USA..) mais là aussi, comparaison n’est pas raison.
    Commençons par dire que l’apprentissage est une voie égale et tout aussi légitime que la voie générale et après on pourra mettre en avant ses vertues…car il y en a beaucoup; c’est vrai.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s