L’école n’est pas un monde à part, il nous faut parcourir de nouveaux chemins

Par défaut

L’Education nouvelle, disait Ferrière, rompt avec la routine séculaire et tend à rendre l’instruction et l’éducation à la fois plus psychologique et plus sociale. Il avait raison. Nous ne pouvons qu’adhérer à l’idéal d’adapter la pédagogie à l’évolution et aux besoins des adolescents et à préparer les jeunes à la vie sociale et intellectuelle. Mais il manque un troisième pilier à cette double ambition : celui d’intégrer l’école dans la société, d’en faire un levier au service de la communauté. L’école n’est pas un monde à part, réservée à des êtres à part. Je ne sais pas s’il faut retrouver les accents lyriques de la pédagogie soviétique ou jociste mais il nous faut parcourir de nouveaux chemins qui remettent en cause les savoirs universitaires, la culture dominante et la pensée cartésienne, qui investissent la réalité de la vie et les apprentissages construits, qui se tournent vers l’avenir et non vers le passé.
Tous les jeunes des cités ou des banlieues, comme disent les politiques ou les journalistes, (et ceux de nos villes et de nos campagnes) ne se comporteraient-ils pas autrement s’ils étaient mis en situation de façonner leur avenir, de construire le monde, à côté d’adultes qui les accompagnent ?
Une formation par alternance réfléchie et de qualité peut nous y aider.

Advertisements

Une réponse "

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s