Refondons l’École de la République, remise du rapport

Par défaut

Lors d’une conférence de presse ce vendredi 5 octobre, les quatre membres du comité (Christian Forestier, Nathalie Mons, François Bonneau et Marie-Françoise Colombani) ont présenté leur rapport intitulé « Refondons l’École de la République ».

Extraits : Un enseignement professionnel valorisé

Valoriser l’enseignement professionnel, c’est le replacer au coeur de l’École en tant que porteur d’ambitions éducatives, sociales, économiques, et non le réduire à un lieu destiné à réguler l’ensemble du dispositif. En ces temps de crise où le pays doit reconstruire et faire vivre son tissu industriel, la valorisation de l’enseignement professionnel est d’autant plus nécessaire. La récente réforme de la voie professionnelle, qui a coïncidé avec une réduction des postes et des moyens de formation, a pu générer des tensions. Elle n’est cependant pas remise en cause dans ses fondements. La volonté exprimée par la concertation est de donner à la réforme un second souffle en recherchant des améliorations, de la cohérence et du sens afin de faire de la voie professionnelle une voie choisie pour tous les élèves et non une voie par défaut comme cela se révèle être actuellement le cas pour certains. L’enseignement professionnel sera valorisé s’il est en mesure de proposer des parcours de réussite différenciés, variés et personnalisés, depuis le CAP jusqu’aux formations post-baccalauréat en passant par le baccalauréat professionnel. Rappelons que l’objectif de réduction des sorties sans diplôme conduit à faire du CAP le premier diplôme de sortie. Par ailleurs, il convient de rappeler que l’enseignement professionnel, qu’il soit en milieu scolaire ou en apprentissage, doit assurer à chaque jeune une formation qualifiante reconnue par un diplôme. Pour donner à un public hétérogène une véritable chance de réussite, une complémentarité est nécessaire entre ces deux types de formation.

Favoriser l’individualisation des parcours :

– Proposer, parallèlement à la seconde professionnelle spécialisée, une seconde professionnelle de détermination qui permettra aux élèves de découvrir plusieurs spécialités avant d’arrêter leur projet d’orientation.

– Reconnaître à l’élève un droit à la réorientation en réorganisant des passerelles et en mettant en place un véritable accompagnement individualisé.

– Organiser la modularité des enseignements conduisant au baccalauréat professionnel.

Reconnaître la complémentarité entre les formations en apprentissage et les formations professionnelles sous statut scolaire :

– Développer au sein des lycées professionnels les formations en apprentissage.

Mettre en place, dans le cadre du récent accord entre l’État et l’Association des régions de France, une carte des formations professionnelles pilotée par la région, adaptée aux enjeux du développement économique et de l’emploi considérés tant du point de vue national que régional :

– Les régions prépareront annuellement le projet d’évolution de la carte des formations professionnelles délivrées par les lycées professionnels et les centres de formation d’apprentis (CFA).

– Pour les formations professionnelles sous responsabilité du ministère de l’éducation nationale, il appartiendra au recteur d’indiquer, dans le cadre d’un dialogue stratégique, celles des évolutions proposées par la Région que les moyens d’enseignement dont il dispose permettront de prendre en compte.

Pour lire le rapport en entier…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s