Mea culpa : la dure école de la vie dans « Zone interdite »

Par défaut

Le magazine “Zone Interdite” sur M6 consacré aux jeunes et à l’apprentissage vient de se terminer…
J’avais attiré l’attention sur la diffusion de cette émission dans un article publié le 19 octobre dernier. En effet, les mots utilisés par la chaîne de télévision pour la présentation de ce magazine m’inquiétaient : choix par défaut, certains en échec scolaire auraient pu mal tourner…
Or, à la fin de l’émission, je suis heureusement surpris. J’y ai vu les portraits réalistes et complets de plusieurs jeunes, venus d’horizons divers, qui s’essayent à l’apprentissage. J’y ai vu des petits bonheurs et des petits malheurs (je pense à ces jeunes qui abandonnent comme Tania et qu’il faudra mieux accompagner). Tout ce qui fait un système éducatif. Les leçons à retenir :

– Des jeunes qui se construisent et se socialisent progressivement,
– Des jeunes qui se confrontent avec des adultes dont les regards ne sont pas seulement scolaires,
– Une acquisition essentielle de règles de vie,
– Une formidable envie d’apprendre et de faire cheminer un projet…

Je pense qu’il y avait là une véritable illustration de « l’école du travail ». Une illustration correcte qui devrait avoir le mérite de faire réfléchir nos décideurs à ces joyeux oxymores que sont l’enseignement et le travail productif, l’école et l’entreprise, l’éducation et la qualification professionnelle.

Merci M6.

Publicités

"

  1. Ben moi j’ai pas trouvé ça tellement représentatif… Que des formations manuelles et qui se passent mal (sauf une) alors que l’alternance ce n’est pas que ça.

    Je n’y ai pas vraiment retrouvé mon quotidien et surtout, ça ne fait pas évoluer les clichés sur l’alternance.

  2. Oui je suis d’accord sur le fait que les différents reportages ne portaient que sur des métiers manuels. Mais ces derniers sont toutefois majoritaires comme toute formation de l’enseignement professionnel non ? Je ne sais pas ce que vous préparez par alternance mais ça doit bien conduire à un métier…
    Moi je n’ai pas vu les mêmes jeunes que vous. J’y ai vu des jeunes en recherche et qui se construisaient progressivement à la rencontre de la vie et des adultes qui les entourait. Pour moi, c’est l’atout principal de l’alternance. Et pour vous ?

  3. Je suis en MBA e-business en contrat de professionnalisation (mais je connais des gens en apprentissage) et je me prépare à être chargée de marketing web.

    Je regrette que sur les portraits proposés, aucun n’ait montré ce qu’est l’alternance à un plus haut niveau d’études (la difficulté de trouver une entreprise d’accueil, celle de concilier le travail en entreprise avec les devoirs de l’école, les problèmes d’OPCA…).

    Par ailleurs, comme l’indiquait récemment l’article de Manpower sur le sujet (http://www.manpowergroup.fr/mieux-comprendre-lalternance-pour-corriger-ses-defauts/) c’est bien auprès des bac+4-5 que la hausse est la plus forte, preuve que l’alternance n’est pas réservée aux métiers manuels. Pourtant, c’est encore l’idée principale des gens lorsqu’on parle d’alternance.

    Quand à ce qu’est pour moi l’alternance ? Un moyen d’augmenter son employabilité en acquérant de l’expérience professionnelle. Or, pour les jeunes que l’on a vu dans le reportage, on ne peut pas dire que la sortie de contrat ait été vraiment profitable…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s