Les MFR font des propositions pour aller plus loin que les mesures annoncées

Par défaut

Relance de l’alternance : Des mesures qui ont le mérite d’exister mais qui doivent être complétées par des actions structurelles à plus long terme

Les Maisons familiales rurales ont pris connaissance des mesures sur le développement de l’alternance annoncées hier par le Président de la République lors d’un déplacement en Seine-Saint-Denis. Elles se félicitent de ces décisions qui devraient permettre de soutenir l’apprentissage dans l’immédiat. Les Maisons familiales rurales estiment cependant nécessaire d’aller plus loin, tant sur le plan qualitatif que financier, si l’on veut doubler le nombre de jeunes par alternance. Elles proposent :

1. D’engager au plus vite une réflexion sur les conséquences du « Bac pro 3 ans » en apprentissage si l’on veut rendre ce parcours plus attractif :

  • Mettre en œuvre des parcours initiatiques à l’apprentissage dans les CFA pour des jeunes ayant terminé le collège.
  • Adapter le nouveau dispositif DIMA pour accueillir après la classe de 3ème une partie du public intéressé par le Bac Pro et par l’apprentissage.
  • Augmenter le passage du nombre d’élèves titulaires d’un CAP en filière Bac pro.

2. De prévenir les ruptures de contrat d’apprentissage en développant des formules variées de parcours préparatoires au sein des CFA :

  • Mettre en œuvre de nouveaux dispositifs préparatoires à l’apprentissage après le collège.
  • Proposer ces « parcours préparatoires à l’apprentissage » au sein des CFA à tous les jeunes en quête d’une formation par alternance.
  • Ne pas réserver, comme c’est trop souvent le cas, de tels parcours aux jeunes décrocheurs.

3. De développer une véritable ingénierie pédagogique de l’apprentissage :

  • Prévoir une préparation spécifique des formateurs de CFA à la pédagogie de l’alternance.
  • Travailler à l’individualisation des parcours.
  • Développer la mixité des statuts (apprentissage, scolaire, contrat de professionnalisation) durant la formation et au sein des groupes.

4. D’assouplir certaines règles et d’engager de nouvelles pratiques :

  • Permettre l’entrée en apprentissage tout au long de l’année.
  • Favoriser l’apprentissage dans le secteur public et le secteur associatif.
  • Encourager les changements d’entreprise et la mobilité internationale pendant la formation.

5. De rendre le financement des CFA plus juste :

  • Limiter le montant de la taxe d’apprentissage par apprenti.
  • Simplifier les règles de répartition de la taxe d’apprentissage.
  • Fusionner la contribution au développement de l’apprentissage et la taxe d’apprentissage.

Si un projet de loi est déposé prochainement, il devra tenir compte de ces différents paramètres afin de tirer entièrement profit des potentialités que l’alternance recèle.

Publicités

Une réponse "

  1. Pingback: Non, la formation par alternance n’est pas une voie de relégation ! « Alternance TICTAC : au temps des apprentis numériques…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s