En Suisse aussi 2

Par défaut

Nouvel article de Martine Roset sur son blog.

Après mon récent billet sur l’apprentissage, les réactions qu’il a suscitées, je m’interroge sur les incidences de ce fonctionnement.

La tendance est aujourd’hui de pousser tous les enfants à suivre des études au-delà du post-obligatoire, malgré des motivations ou des capacités souvent absentes. Or, on constate qu’après 1 ou 2 ans, ces ados abandonnent les études (bien souvent sans diplôme) et se dirigent vers l’apprentissage. Ils ont alors 17-18 ans.

En parallèle, on trouve des jeunes qui choisissent de s’orienter vers l’apprentissage à la sortie du CO. Ils ont entre 15 et 16 ans et savent déjà très bien ce qu’ils ont envie de faire dans la vie.

Quelle sera l’attitude du futur patron employant des apprentis lorsqu’il aura le choix entre un jeune de 15 ans et un second de 18 ans ? Va-t-il hésiter ? Ne va-t-il pas mettre en avant des paramètres tels que maturité, culture générale, cursus scolaire…et donc favoriser les plus âgés ?

Contrairement à M. Kummer (commentaire billet précédent) je pense que les patrons se sont adaptés à cette réalité, qui ne correspond pas forcément ce qu’ils recherchent.

Je récapitule ! D’un côté, on a des jeunes qui ne savent pas ce qu’ils veulent faire, que l’on pousse vers des études qui ne sont pas pour eux… et qui se dirigeront in fine vers un apprentissage. De l’autre, on a des jeunes qui savent ce qu’ils veulent faire, mais qui ne trouvent pas d’apprentissage, parce qu’on leur a préféré les premiers. Du coup, on les « fragilise », parce que même s’ils sont déterminés, ils ont l’impression que notre société ne leur fait pas confiance… Au point de leur préférer d’autres jeunes qui n’ont pour seul avantage que 12 ou 24 mois de plus qu’eux !

Comme le relève M. Kummer, le « piston » de papa ou maman peut les aider à décrocher la place d’apprentissage, mais sincèrement, est-ce normal ? Où est l’équité des chances ? Quelles valeurs transmet-on à nos jeunes ? Qu’un bon piston est plus utile qu’une solide motivation ?

Et si l’on renversait la vapeur, en ouvrant les esprits ? Puisque tous les chemins mènent à Rome, pourquoi ne pas se dire que tous les chemins (études ou apprentissage) peuvent aussi mener à un parcours professionnel réussi ?!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s