Quelle(s) solution(s) pour augmenter le nombre de jeunes en alternance ?

Par défaut

Depuis quelques mois (et nous pourrions dire même depuis de nombreuses années, en remontant à Philippe Seguin pour la Droite et à Edith Cresson pour la Gauche), le propos est toujours le même : il faut augmenter le nombre de jeunes qui suivent une formation en alternance !

Nous en sommes convaincus sinon ce blog n’existerait pas !

Or, les solutions proposées, uniquement en direction de l’alternance sous contrat de travail et de l’apprentissage en particuliers, ont des limites.

Si je prends le nombre d’apprentis de 2008 qui s’élevait à 427 000, il y a eu une augmentation de 83 % sur près de quarante ans en référence à 1970/1971 où il y avait 232 600 apprentis, soit + 2 % d’augmentation en moyenne par an, mais seulement +22 % au total si je prends les chiffres des années 1960 : 350 000 apprentis. Malgré une dizaine de nouvelles lois sur l’apprentissage durant cette période, l’évolution est  donc lente même si la métamorphose est radicale.

Il faut donc continuer à réformer et à améliorer le dispositif de l’apprentissage bien entendu mais il faut avoir le courage de prendre d’autres dispositions en particulier en relation avec l’Education nationale.

Sans vouloir paraître présomptueux (mais j’en suis persuadé, je ne peux donc pas dire le contraire), la seule solution est de réformer la filière technologique et professionnelle dans ce pays afin que celle-ci permettent des parcours de formation par alternance qui associent des périodes de formation scolaire par alternance et des périodes par apprentissage.

Qui a compris, par exemple, que le Bac pro en 3 ans, conçu par l’Education nationale pour un système à temps plein, ne correspond ni à l’intérêt des apprentis (3 ans dans une même entreprise, ça n’a vraiment rien de formateur !), ni aux besoins des entreprises ?

Oui, on peut augmenter le nombre de jeunes par alternance en France à condition de s’attaquer au chantier de la formation professionnelle initiale dans son ensemble… à condition que le ministre de l’Education s’y intéresse tout autant que le ministre du Travail et sa collègue en charge de l’Apprentissage !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s