Motivation et alternance : un exemple concret

Par défaut

Article de Marie-Noëlle Peridy, Ouest-France, samedi 8 janvier 2011.

« Enfant, j’étais hyperactive. Le médecin de famille a conseillé à mes parents de me faire faire de l’équitation. Depuis, je n’ai pas arrêté. » A 30 ans aujourd’hui, Émily Vanier conserve toujours la même passion du cheval. Originaire des Bouches-du-Rhône, elle passe son enfance dans les centres équestres et sur les pistes pour les concours. « J’ai toujours fait de la compétition. Et j’ai eu mon premier cheval à 12 ans. »

Après avoir passé les échelons, les « galops », Emily teste les différentes disciplines : horse-ball, pony games, dressage, sauts d’obstacles, concours complet. Elle poursuit en parallèle sa scolarité et obtient un bac S « au bout de la pincette ». En pensant déjà à consacrer sa vie professionnelle « à travailler avec les chevaux ». Son objectif ? « M’installer dans le Sud de la France comme éleveur et monter une écurie de propriétaires. »

Pour mener son projet à terme, il lui faut obtenir un diplôme agricole, un BTS, afin de pouvoir bénéficier d’aides à l’installation. « Je suis venue aux Herbiers, je n’avais pas le choix. La Maison familiale rurale (IREO des Herbiers) est le seul établissement en France à proposer des formations en BTS agricole en productions animales par alternance, avec statut d’étudiant. »

Durant deux ans, le temps de la formation, elle découvre les filières agricoles. En parallèle des cours, elle travaille en alternance dans des exploitations orientées en production bovine, porcine, céréalière. « Cela a été un gros choc, confie-t-elle. Mais avec le système maison familiale rurale, j’ai repris goût aux études, j’ai découvert une autre méthode d’enseignement. »

La jeune femme reste déterminée à intégrer le monde de la filière équine. Elle effectue des stages chez un éleveur du Sud-Vendée, et pour finir dans une station de monte dans les Deux-Sèvres.

À la fin de son cursus, Émily Vanier décide de continuer ses études. Elle intègre l’école supérieure d’agriculture à Angers pour suivre la formation « Agricadre » qui conduit à un diplôme de responsable en commerce et gestion des produits agricoles et agroalimentaires.

Aujourd’hui, Emily s’est établie en Vendée où elle exerce la profession d’assureur. Depuis six mois, elle est devenue responsable de l’agence Aviva pour le compte du cabinet Blanchet aux Herbiers. Qu’on ne s’y trompe pas : elle n’a pas pour autant abandonné son idéal et ses objectifs. « Mon métier a un lien avec le cheval. Nous avons des contrats spécifiques pour les propriétaires de chevaux, les centres équestres, les écuries de propriétaires, les éleveurs. Je passe 50 % de mon temps avec le monde équin et agricole. » De plus, dans sa propriété, elle est entourée de dix chevaux. Une manière de continuer à vivre sa passion dans ses loisirs comme dans son métier. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s