Le DIMA, tout reste à faire selon les MFR

Par défaut

Je vous informais lundi de la parution du décret sur le nouveau DIMA prévu par la loi sur l’orientation et la formation professionnelle tout au long de la vie du 24 novembre 2009. Il permet une formation par alternance sous statut scolaire destinée à faire découvrir à des jeunes de plus de 15 ans un « environnement professionnel correspondant à un projet d’entrée en apprentissage ».

Les Maisons familiales rurales viennent de réagir suite à cette parution. Elles se félicitent que ce texte offre enfin un cadre législatif incontestable à ce type de parcours après l’épisode malheureux de l’apprentissage junior (en 2005). Il avait conduit à la création précipitée d’un DIMA, sans assise réglementaire solide, dans la circulaire de rentrée de 2008.

Pourtant, elles jugent que rien n’est encore joué car elles regrettent que ce parcours soit encore trop souvent conçu comme une filière de relégation pour des jeunes en « échec scolaire ». Si tel était le cas, il ne permettrait pas malheureusement d’édifier la voie d’excellence dont le pays a besoin pour l’apprentissage. 

Elles pointent également l’importance de la lutte contre les ruptures de contrat. Chacun sait que les apprentis s’engagent aujourd’hui dans les entreprises sans préparation suffisante. Il ne faut pas s’étonner que la moyenne nationale des taux de rupture des contrats soit de l’ordre de 25 à 30 %. Pour contribuer à la réussite de l’apprentissage, les Maisons familiales sont convaincues qu’une préparation à l’apprentissage de qualité permet de mûrir un projet et de choisir une formation, quel que soit le diplôme préparé, y compris pour des jeunes inscrits en lycée. 

Le DIMA le permettra-t-il ? S’interrogent-elles. Elles posent deux autres questions :

Les recteurs, les inspecteurs d’académie, les inspecteurs de l’apprentissage et les conseils régionaux se mettront-ils d’accord pour développer ce type de parcours dans les centres de formation d’apprentis (CFA) ?

L’Etat, à travers le fonds national de développement et de modernisation de l’apprentissage (FNDMA), permettra-t-il de financer, en collaboration avec les régions, ce dispositif ? 

Pour les Maisons familiales, l’essentiel reste donc à construire et elles espèrent que l’application de ce texte sera à la hauteur de ce qu’avait prévu le législateur pour répondre aux attentes des parents et des jeunes en recherche de solutions éducatives innovantes. Sinon…

Sinon encore une occasion manquée de valoriser l’orientation, la formation par alternance et l’apprentissage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s